Raquel Andueza
© Michal Novak

Concerts : Folies espagnoles à la chapelle de la Trinité

Du XVIe au début du XVIIe, la musique ibérique connut un état de grâce. Les Grands Concerts l’illustrent doublement ce week-end.

À l’époque baroque, les quatre grandes nations de musique étaient l’Italie, la France, l’Allemagne et l’Angleterre... On oublie souvent l’Espagne, qui brillait davantage au XVIe siècle et fut jugée décadente à partir du XVIIe par certains musicologues. Il n’en demeure pas moins que, du XVIe au début du XVIIe, la musique ibérique connut un état de grâce.

On ne remerciera jamais assez Jordi Savall pour son rôle dans la redécouverte de ces répertoires oubliés, mais il est manifeste que la relève est assurée. Pour preuve, les deux concerts de ce week-end à la chapelle de la Trinité.

Musique du Siècle d’or

Articulant son programme autour de “Cervantès, Don Quichotte et la musique”, Carles Magraner et sa Capella de Ministrers rendent hommage à une époque richissime par sa musique, sa littérature, sa peinture... De Luys de Milán à Diego Ortiz, ils dressent un portrait de ce Siècle d’or, comme on a coutume de l’appeler.

Folie tragique

De son côté, l’ensemble La Galania, en compagnie de la soprano Raquel Andueza, nous propose un parcours autour des “Folies d’Espagne”. Au programme, de la musique composée par d’illustres guitaristes (on trouvait les meilleurs du genre dans la péninsule ibérique) comme Santiago de Murcia ou Gaspar Sanz, mais également des airs chantés tel le magnifique Yo soy la Locura (Je suis la Folie), pièce énigmatique sur un texte en espagnol mais composée par le Français Henry de Bailly. Un air de cour aux saveurs méditerranéennes, tragique et beau à pleurer.

Cervantès, Don Quichotte et la musique – Samedi 16 janvier à 20h.
Folies d’Espagne – Dimanche 17 janvier à 17h.
Les deux concerts ont lieu à la chapelle de la Trinité. Réservations sur le site des Grands Concerts.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut