Cow Boy, Benoît Poelvoorde

Comédie. Belge. 1h36.

Daniel Piron (B. Poelvoorde) est journaliste. Il présente un show TV sur la sécurité routière. A quarante ans bien tassé, il ne vit plus ses idéaux et il a honte devant sa femme. Il va donc rechercher un événement marquant de son passé, la prise d'otage par Tony Sacchi, son héros révolutionnaire de jeunesse et tenter d'en faire un film. Seulement voilà, Tony Sacchi est devenu gigolo et plus personne, pas même les otages, ne semblent affectés par cette histoire.

Il ne s'agit pas là d'une crise de la quarantaine version Magnum. Daniel Piron a troqué sa Ferrari rouge contre un poing levé. Le personnage joué par Benoît Poelvoorde est définitivement pathétique dans son rôle du journaliste, grand révolutionnaire frustré. Il ne vit jamais l'action, il ne sait que la relater. Alors Daniel se cherche aux dépens de la réalité, bercé par ses illusions, il croit pouvoir revivre un passé qui n'a survécu que dans sa mémoire.
Cow Boy c'est un peu la métaphore cinématographique de l'homme qui croit pouvoir vivre ses idéaux à travers la caméra, seulement ce n'est que du cinéma et la vie est tout autre chose.

à lire également
Septième art, le cinéma reste un "petit jeune" lorsqu'on le compare à la peinture, le théâtre ou la sculpture. Le 13 février 1895, il y a 125 ans, les frères Lumière déposent le brevet du cinéma, mais l'ont-il inventé ? Remise à plat.
Faire défiler vers le haut