Luciano Rosso et Alfonso Baron dans “Un poyo rojo” © Paola Evelina
Luciano Rosso et Alfonso Baron dans “Un poyo rojo” © Paola Evelina

Danse : Combat de coqs à Bron

Amants dans la vie, Luciano Rosso et Alfonso Barón ont transformé leur rencontre et leurs jeux de séduction en un spectacle qui se déroule dans le vestiaire de sportifs mâles. Comique assuré !

Un poyo rojo (en argot, “un coq rouge”, de ceux qui combattent) se joue à guichets fermés depuis dix ans à Buenos Aires, dans un hangar aménagé devenu El Teatro del Perro, lieu militant et engagé qui laisse la place à l’urgence de dire. Dans ce vestiaire où ça sent la chaussette sale, la toile froide et les aisselles, deux garçons se regardent, se jaugent, se reniflent, s’affrontent sans un mot avec toute leur force physique, sur fond de musique techno ou salsa mais aussi dans le silence. Ils sont danseurs, mais pas seulement. Ils sont aussi clowns, acrobates et contorsionnistes, le cocktail idéal pour inventer un duo qui éprouve toutes sortes de situations ; des défis, des luttes, des rapprochements, avec des corps en torsion qui aiment s’envoyer en l’air la jambe haut levée. Combat de chiens, combat de coqs, cette pièce utilise la virtuosité évoquant la performance d’athlètes pour parler de deux hommes qui finissent par s’aimer en l’assumant totalement, dans le rire et la provocation.

Luciano Rosso & Alfonso Barón / Un poyo rojo – Vendredi 24 janvier à 20h30 à l’espace Albert-Camus (Pôle en Scène, Bron)


[Article extrait du cahier Culture de Lyon Capitale n° 795 – Janvier 2020]

à lire également
Créé en 2012 par Dominique Hervieu, le festival “Sens dessus dessous” fête cette année ses huit ans d’existence avec toujours une programmation hybride et pointue qui révèle des artistes souvent hors format.
Faire défiler vers le haut