ENTERREMENT DE PREMIERE CLASSE

Le premier, Pascal Héritier, est une figure incontournable du théâtre privé parisien. Danseur de formation, meneur de revues au Lido et aux Folies Bergères et chanteur de piano bar, il a créé Artémis, société de production et de diffusion de spectacles, en 1992. Le second, Bruno Davanzo, est son double et sera à plein temps au Théâtre Tête d'or.
"Le seul théâtre privé en région qui reçoit chaque saison 90 000 spectateurs " selon l'Héritier fait donc sa révolution de velours rouge. Mais comme " il faut que tout change pour que rien ne change" dixit Lampedusa, c'est dans les vieux pots que l'on fera de bons potages la saison prochaine. Ils sont venus et ils seront tous là : Véronique Jannot et son aimable sourire (Avec deux ailes en septembre), Laurence Badie et son inimitable voix de vieille petite fille (Devinez qui ? Dix petits nègres en janvier & février), Marie-Christine Barrault et ses atours royaux (L'allée du roi en avril), Eric-Emmanuel Schmitt qui, enfin, va être joué à Lyon (Oscar et la dame rose, en mai).
Pour conjurer les mauvais sorts, la pétillante, enjouée et hilarante, Marthe Villalonga fera clamecer son public de rire (Elle nous enterrera tous en septembre-octobre), tandis que Jacqueline Bœuf, qui a rendu les clés mais pas cassé sa pipe, offrira 3 mises en scène à son public fidèle. Enfin Jacques Balutin jouera une " comédie de mœurs sur un couple de seniors qui, à la retraite, doit apprendre à vivre ensemble ". Un thème qui trouvera un large écho dans le public du Théâtre Tête d'or à l'instar de cette dame assise au premier rang, bien mise et les pieds bien devant, qui donne un violent coup de coude à sa voisine : "Ah ben ça ! C'est comme mon mari ! Des fois je me dis que quand y sera mort, j'en serai bien débarassée !"

Théâtre Tête d'or, 60 avenue Maréchal de Saxe, Lyon 3.
04 78 62 96 73 ou www.theatretetedor.com

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut