FESTIVAL DU 6EME CONTINANT : LYON A L'HEURE TSIGNANE

Pour sa 9e édition, le Festival du 6e Continent a choisi de mettre à l'honneur les musiques tsiganes. Gitan, romanichelle ou gypsies chaque famille a créé son style, du flamenco espagnol au folk tsigane de l'est européen. Virtuosité, rapidité et sens de l'improvisation, les roms sont habités par la musique.
Quatre groupes revisiteront ces airs entraînants d'Europe centrale, les 1 et 2 juin à Gerland. Le premier soir, le quartet franco-polonais, Malossol - "Gros cornichon" en polonais - mêlera folklore slave, jazz, rock et pointes d'humour. Aventuriers, ils se laissent porter par des élans d'improvisation dans la plus pure tradition tsigane. Les 9 musiciens-chanteurs d'Urs Karpatz, eux ont puisé leur musique polyphonique quelque part entre la Roumanie, l'Ukraine, la Hongrie et la France dont ils sont originaires. Ils chantent en romanès, cette langue qui assure un pont entre tous les roms, de la Méditerranée au Caucase. Le deuxième soir, les Hongrois du groupe Parno Graszt introduiront des instruments traditionnels originaux comme le chaudron, les cuillères ou la tampura. A 10 sur scène, ce sont 3 générations de musiciens et danseurs qui perpétuent le folk tsigane magyar en famille. Pour clore, le Kokani Orchestra débarquera de Macédoine avec sa fanfare ébouriffante teinté de flamenco et free jazz.
Une autre soirée flamenco sera assurée par le groupe Zaragraf sur les Berges du Rhône, plus tard, le vendredi 8 juin. Le 6e Continent invite aussi à la rencontre de ce peuple avec la projection de Latcho Drom de Tony Gatlif dans les locaux de l'association le 7 juin. Le film, magnifique, retrace la route historique des gitans de l'Inde jusqu'en Espagne. Un voyage festif en roulotte et sans décalage horaire.

Festival le 6e Continent, du 29 mai au 9 juin. 04.37.28.98.71 ou www.sixiemecontinent.net

à lire également
Rayhan, à l’entraînement sur les berges du Rhône © Antoine Merlet
Dans la région lyonnaise, de nombreux jeunes pratiquent le culturisme. Certains adeptes de cet art de la performance sont même prêts à se mettre en danger pour sculpter leur corps. Deux Lyonnais ont accepté de se raconter. Portraits.
Faire défiler vers le haut