GENESE A GEOMETRIE VARIABLE

Et les inconditionnels de répondre présents à leurs concerts, au moins pour pouvoir dire : "'je les ai vus sur scène''. Genesis n'est pas ce genre de groupe. Simplement, parce qu'on ne sait pas toujours "qui on a vu sur scène''.
Depuis la création du groupe en 1967 par des jeunes étudiants (Peter Gabriel, Tony Banks, Michael Rutherford et Anthony Phillips) Genesis n'a eu de cesse de se transformer au fil des départs et des égos de ses membres les plus illustres. Ainsi, Phil Collins et Steve Hackett intègrent le groupe en 1971, Peter Gabriel claque la porte en 1975, Hackett à son tour en 1977, Collins s'épuise et quitte le groupe en 1991. Genesis est mort ! Vive Genesis ? Non ! En 1997, Banks et Rutherford sortent un album ultime Calling All Stations en compagnie de Ray Wilson qui a pigé pour le groupe de 1997 à 1998.
Au total, Genesis en chiffre, c'est 15 albums, 150 millions de disques vendus...et dix membres différents. Mais comme les plus belles histoires -les plus rentables aussi- ne meurent jamais, le groupe au quarante ans d'existence se reforme le temps de la tournée Turn It On Again. Et au niveau du casting, c'est un grand cru : Phil Collins, Michael Rutherford et Tony Banks. Pas de Peter Gabriel mais, quand même, une touche à l'ancienne pour Genesis, qui évoque aujourd'hui plus la fin du monde que sa
création.

le 12 juillet au stade de Gerland à 20h30 (ouverture des portes à 18h30), 405, avenue Jean Jaurès, Lyon 7.

à lire également
Lightning Cloud, de Jérôme Donna, place des Célestins – Fête des lumières 2019 © Muriel Chaulet / Ville de Lyon
Pas de vacances pour les équipes de la Fête des Lumières qui se préparent déjà à lancer la préparation d'une nouvelle édition. La ville de Lyon vient d'officialiser les dates pour la Fête des Lumières 2020.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut