Huis clos, Jean Paul Sartre - Michel Raskine

Ecrite en 1943, c'est une pièce difficile, philosophique. Un Sartre très littéraire, grave, tourmenté. Michel Raskine signe une mise en scène d'une précision d'esthète, presque chorégraphique. Et charnelle aussi. Trois personnages arrivent en enfer comme en déportation, relégués dans une sorte de grenier-prison par un gardien sardonique. Garcin, le journaliste arrogant, dont le masque va tomber peu à peu. Inès, la face crue de la femme écorchée, avec ses violences, ses sales amours, ses crimes ? Estelle, la courtisane, superficielle comme une sirène qui vous tire par le fond. Les personnages se heurtent, se déchirent, se défendent contre cet enfer qui les enlace inexorablement. On entend les échos angoissés des années 40 : qu'est-ce que le courage, la lâcheté, la trahison ? Ou l'écho de nos peurs d'aujourd'hui.
Huis Clos, Jean-Paul Sartre, mise en scène Michel Raskine. Avec Guillaume, Bailliart, Cécile Bournay, Christian Drillaud, Marief Guittier
Théâtre du Point du Jour, 7 rue des Acqueducs, Lyon 5è, Tél. : 04 78 150 180 www.lepointdujour.fr
Du 18 au 21 décembre
PG

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut