LA PAROLE AUX FOLLES

Mendiantes, libertines, protestantes, juives, criminelles, ivrognes, aveugles, adultérines, homosexuelles... Elles sont "Les Folles" des Nuits de Fourvière. Toutes ces indigentes que l'Ancien Régime gardaient enfermées dans les murs de La Salpetrière. "Hopital général" créée en 1656 sous le jeune Louis XIV, ce lieu accueillait les femmes dont la société voulait se débarasser. Rasées, couvertes par une toile grise, elles étaient massées dans des dortoirs, coupées du monde. Leur quotidien était rythmé par une vie frugale, le travail et les offices. Déclarées "malades" et incurables, elles étaient pour la plupart internées par leurs maris ou leur familles dans une indifférence qui perdura longtemps. En 2004, alors que l'auteure et plasticienne Mâkhi Xenakis plonge dans les archives de la Chapelle de la Piété Sâlpetrière pour un travail de sculpture, elle décide de ressuciter ces voix jamais entendues auparavant. Trois comédiens portent les témoignages de ces fantômes sur les planches de l'ENSATT. Julie-Marie Parmentier, qui donna la réplique à Sylvie Testud dans Les Blessures Assassines de Jean-Pierre Denis, éclairera cette sombre page d'histoire de sa lumineuse présence.

Les folles de la Salpêtrière, à l'ENSATT, Amphithéâtre, 4 rue Soeur Bouvier, Lyon 5. 04 72 32 00 00 ou www.nuitsdefourviere.fr

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut