LE RIDICULE IMAGINAIRE

Il serait l'enfant lunaire de Chaplin et de Michel Serrault, à peine demeuré, un brin perdu, un poil grotesque, provoquant l'attendrissement et une pitié chagrine. Le cœur lui serait tombé dans les genoux. Il échoue là, sur la scène. Et implore, bredouille, gémit, raconte le naufrage, le rire au bord des larmes.

Naissance d'un clown est le nouveau one-man show de Philippe Faure, comédien, metteur en scène et directeur du Théâtre de la Croix-Rousse. Faure, l'égocentrique, le cabotin, le roublard, l'hystérie faite homme, le pugnace, le gentil génial s'est inventé une ombre, un fantôme schizophasique qui le chamboule. "J'ai toujours eu ce personnage un peu ridicule en moi" confesse-t-il. D'ailleurs, son clown adore C. Jérôme et lui aussi. Son clown est lumineux et Faure l'éclaire plus intensément encore. Son clown est un panégyrique du ridicule dans lequel Faure entrevoit un chemin vers "la vérité et la sincérité". Lorsque, pitoyable, il cajole ses lampes de chevet, s'affuble d'ailes en carton et trépigne dans un besoin d'amour, Philippe Faure se fait oublier, comme un grand, un très grand acteur, drôle et émouvant. Plus tard, il remballe ses ailes artificielles dans une valise usée par les chambardements et murmure : "Le meilleur moyen de se faire aimer, c'est de se rendre malheureux."

Naissance d'un clown, écrit, mis en scène et interprété par Philippe Faure. Du 16 au 26 octobre au Théâtre de la Croix-Rousse, Place Joannès Ambre, Lyon 4. 04 72 07 49 49 ou www.croix-rousse.com

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut