LES HISTOIRES D'AMOUR FINISSENT MAL... ET FONT RIRE

Le must de la saison : Pourquoi les hommes n'écoutent jamais et les femmes ne savent pas lire les cartes routières ? Une pièce d'Alan et Barbara Pease adaptée en français par Daniel Tardy, et promise à un beau succès. L'histoire part en peau de banane tout de suite. Un couple de conférenciers doit éclairer le public sur les différences entre les hommes et les femmes. Mais il a la bonne idée de s'engueuler copieusement avant de monter à la tribune. Ce qui donne lieu à un règlement de compte pseudo-scientifique en direct et à coups de neurones savants. C'est au Complexe du Rire. Le Boui-Boui, lui, fait un tiercé complet sur les couples en misère. Avec Match à la maison, une comédie de Gilles Graveleau. Tout commence par du foot. Phil voudrait suivre tranquille le quart-de-finale de la coupe du monde. Mais sa femme a invité sa meilleur amie à partager leur huitième anniversaire de mariage. Cela ne va pas le faire. Les Histoires d'amour finissent mal sinon elles dureraient est une pièce de Vincent Faraggi. Ils sont séparés. Claire repasse à la maison chercher ses affaires, pensant que Pierre n'est pas là. Mais il y est. Encore un réveillon parti en vrille.

Enfin on retrouve, toujours au Boui-Boui, Arrête de pleurer Pénélope. Un gros succès de café-théâtre pour cette pièce de Christine Anglio, Juliette Arnaud, Corinne Puget. Trois copines enterrent la vie de jeune fille de la quatrième. Et leurs illusions. Un bilan bien décapant de leurs parcours respectifs. Un petit dernier pour la route.

A noter sur l'agenda, même si ce n'est pas une histoire d'amour : ne pas rater Naho, à l'Espace Gerson. Madame Adjobi revient, cette mama black coiffée comme un genou, à l'humour mordant. Elle passe en revue toutes les femmes du quotidien qui nous tapent sur les nerfs : la caissière, la concierge, la copine... Une réjouissante petite vengeance mesquine à s'offrir.

Le complexe du rire, 7, rue des Capucins. Lyon 1. 04 78 27 23 59
Le Boui-Boui, 7, rue Mourguet. Lyon 5. 04 78 37 40 30
L'espace Gerson, 1, place Gerson. Lyon 5. 04 78 27 96 99.

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut