LES NEUROSCIENCES DEVIENNENT RIGOLOTES

Deux psy américains Alan et Barbara Pease explorent les différences entre les hommes et les femmes. Mais voilà qu'un auteur de comédie, Daniel Tardy, tombe sur le bouquin et décide de chahuter les deux profs. Cela donne une version café-théâtre où un couple de conférenciers déjantés s'étrillent à coup de théories neuro-psy et de querelles de ménage. Sur scène, Lionel Buisson et Niki Zischka s'en donnent à coeur-joie. On se demande s'ils n'en profitent pas pour laver leur linge sale à la main. Recherche de la zone dédiée aux tâches ménagères dans le cerveau de l'homme. Test en direct des capacités logiques des spectateurs hommes et femmes. Et, bien sûr, la scène culte de la carte routière imperméable aux cerveaux féminins. Ça fait drôle de penser que toutes ces conneries ont une base scientifique. Les spectateurs ne s'y trompent pas, ils se moquent les uns des autres avec une mauvaise foi rafraîchissante. Déjà plus de cent représentations pour la première saison. P. G.

Pourquoi les hommes n'écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières ?, jusqu'au 31 décembre, du mercredi au samedi, au Complexe du rire, 7 rue des Capucins, Lyon 1. 04 78 27 23 59 ou www.complexedurire.com

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut