LES RENDEZ-VOUS DE NOVEMBRE

Principal événement, la dernière création de l'octogénaire Maurice Béjart, un hommage à Nietzsche interprété par 34 danseurs (du 14 au 19 à l'Amphithéâtre de la Cité internationale).

Peplum fut une des excellentes surprises de la dernière Biennale de la danse. Pour ceux qui l'ont raté, la chorégraphie déjantée de Nasser Martin-Gousset revient du 15 au 17 à la Maison de la danse.
Dans un autre registre, les Ballets Trockadero de Monte-Carlo. Une compagnie, créée en 1974, et qui compte parmi les plus brillants interprètes mâles de la danse classique américaine, hyper travestis, tendance sur pointes et dont le succès est autant populaire que médiatique. Du désopilant et du renversant à voir du 24 novembre au 2 décembre, of course chez Guy Darmet.
Immense succès qui a propulsé la carrière internationale du Ballet de l'Opéra de Lyon, Cendrillon continue d'être joué aux quatre coins de la planète. Etape lyonnaise pour l'œuvre de Maguy Marin qui à l'issue de cette série atteindra sa 386e représentation ! (du 20 au 28 à l'Opéra).
Plus contemporain, plus audacieux, les créations d' Alain Buffard, (Not) a love Song, avec le musicien virtuose Vincent Segal, et de Mark Tompkins Animal femelle (du 20 au 24 aux Subsistances).
En musique classique, les amateurs seront bien servis aussi. Le Festival de Musique baroque, dirigé par Eric Desnoue, s'est doté pour sa 25e édition d'une très belle affiche : William Christie et ses Arts Florissants, Sandrine Piau avec l'ensemble Les Paladins, Philippe Jaroussky (Victoire de la musique 2007), l'ensemble la Fenice et le Venice Baroque Orchestra. Tout ce beau monde entre le 14 novembre et le 18 décembre.
Le 16 à 20h30 à la salle Molière, Piano à Lyon invite Cédric Tiberghien, beau et talentueux pianiste de 30 ans. Si lui démarre sa carrière, elle est une légende vivante du piano. Martha Argerich sera en concert le 23 à l'Opéra.
A mi-chemin entre la musique et le théâtre, Laurent Pelly et sa bande de comédiens-chanteurs revisitent les chansons drôles de Gainsbourg, Boby Lapointe, Pierre Dac, Claude Nougaro. Du 8 au 11 au Théâtre de la Croix-Rousse, puis du 11 au 13 décembre au Théâtre de la Renaissance à Oullins.
Il dit : "J'ai une vielle passion pour Racine ; c'est comme la musique : cela m'émeut à un point presque pathologique". Jean-Marc Avocat, après Phèdre, a monté Bérénice. Un one man show racinien lors duquel le comédien joue, à lui seul, tous les personnages de la tragédie. Du 20 au 24 novembre et du 11 au 21 décembre au Théâtre de la Croix-Rousse.

Juste la fin du monde : c'est le titre de la pièce de Jean-Luc Lagarce, écrite cinq ans avant sa mort. A voir du 28 novembre au 1er décembre au Théâtre des Célestins. Voilà pour le théâtre.
Deux manifestations seront consacrées au livre en ce mois d'automne : du 9 au 11, au Château de Saint-Priest, le salon de la petite édition et de la jeune illustration et le Salon de l'écrit à l'écran à Grigny, les 10 & 11.
Last but not least, la chanson se portera haut en novembre avec Pink Martini (le 17 à l'Auditorium), Vanessa Paradis et son Divinidylle (le 29 à la Halle Tony Garnier) et Joe Cocker (le 18 à 20h à la Halle Tony Garnier).
Vous pouvez éteindre votre téléviseur...

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
Faire défiler vers le haut