LYON SECRET : MILITAIRES SOUS TERRE

Il créa ce jardin extraordinaire, façon Gaudi, après une rémission inattendue, alors qu'il était resté cloué trois ans à un lit d'hôpital, victime d'un cancer de la gorge. L'homme dédia ce lieu à trois femmes : sa mère Rosa Mir Mercanter (qui donna son nom au jardin), puis la vierge par respect pour sa mère et sa femme, toutes deux très croyantes. Enfin, la dernière marraine est la reine Amara, déesse de la guérison. Le jardin mêle fleurs, pierres, plantes grasses et coquillages. Une poignée d'ardents défenseurs sauva le jardin, menacé de vente. En 1987, il était inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Accès au n°87 de la la Grande-rue de la Croix-Rousse, sous un porche donnant accès à une impasse. Ouvert du 1er avril au 30 novembre, de 15h à 18h.

300 habitants à 125 m de profondeur
La base de Verdun, dont on ne distingue que les deux "boules" (radars), est en fait un ouvrage très secret. Sa superficie couvre 115 hectares, dont une grande partie est enterrée à 125 m de profondeur. Il peut résister à une attaque nucléaire, chimique et bactériologique. 120 fusillers commandos gardent en permanence l'endroit, habité par 300 hommes. Le cœur de la "ville" se compose de deux immeubles de trois étages, d'une cafétéria, d'une salle de repos, d'une infirmerie et d'une salle de relaxation.

L'arbre le plus rare Le dinosaure végétal de la Tête-d'Or
Le pin Wollemi est l'une des espèces végétales les plus anciennes et les plus rares du monde. Entre le Jurassique et le Crétacé (de - 200 à - 65 millions d'années), d'immenses forêts couvraient les continents du sud de la Terre. Environ 100 arbres seulement ont survécu - cachés quelque part dans les montagnes bleues d'Australie. Afin de sauvegarder l'espèce, un pin a été planté, fin 2006, au jardin botanique de la Tête d'Or. Un événement qui confirme la mission de préserver la diversité végétale de la planète.

à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut