NOUVELLE IDENTITE NATIONALE POUR LA CROIX-ROUSSE

Mais, tout comme le nouveau président de la République lors de ses premières allocutions, c'est empreint de "gravité", et avec la conscience d'une "nouvelle responsabilité", qu'il s'est exprimé. Pas de discours en tutu ou de pitrerie cette année. De haute lutte, le théâtre de la Croix-Rousse a obtenu en effet le label de "scène nationale" qui récompense, selon Faure, "dix ans de travail et d'ouverture tous azimuts, un public de 9000 abonnés, toute une génération de metteurs en scène régionaux invités et une inscription dans les grands réseaux de diffusion nationaux". La mission de service public du théâtre reste inchangée : "faire entendre la parole des poètes au plus grand nombre ; être attentif à l'inquiétude du beau" estime le directeur.

"Le premier acte politique et poétique de la nouvelle scène nationale Croix-Rousse" sera la création, aux Nuits de Fourvière du 7 au 11 juillet, puis au théâtre en ouverture de saison, de La naissance d'un clown. Une nouvelle facétie de Philippe Faure, déjà auteur de deux one man show ? "Rien à voir ; là, je serai un vrai clown, un clown pris du désir fou d'être aimé et qui veut s'envoler" explique-t-il. Ensuite, la saison du théâtre, plus resserrée pour cause de rattrapage budgétaire, se poursuivra, à l'automne, avec Vestiaires pendant la coupe du monde de rugby, une quinzaine de tableaux chorégraphiés dans les coulisses d'un match de rugby et un spectacle de music hall, Souingue, souingue ! de Laurent Pelly. Plusieurs reprises, vues la saison dernière : On ne badine pas avec l'amour de Musset (sans doute le meilleur spectacle de Philippe Faure), Bérénice de Racine joué intégralement par Jean-Marc Avocat, et des Anges mineurs d'Antoine Volodine, par la talentueuse compagnie lyonnaise Haut et court. Françoise Coupat crée la Célestine de Fernando de Rojas, Didier Bezace met en scène deux monologues de Dario Fo interprétés par Ariane Ascaride : La maman bohème et Médée, Julie Brochen et Valérie Dréville jouent l'Echange de Claudel, Joël Pommerat monte Pinocchio, Bernard Lévy Fin de partie de Beckett et Daniel Benoin la Cantatrice chauve d'Ionesco. Enfin l'exubérant magicien de la scène Omar Porras, habitué de la Croix-Rousse, présentera un très attendu Maître Puntila et son valet Matti de Brecht.

Théâtre de la Croix-Rousse, place Joannès-Ambre, Lyon 4.
04 72 07 49 49.
www.croix-rousse.com

à lire également
Serge Deygas, bâtonnier du barreau de Lyon © Antoine Merlet
Entré en fonctions le 1er janvier avec sa vice-bâtonnière, Joëlle Forest-Chalvin, le successeur de Farid Hamel débute son mandat par un important mouvement social. Comme dans le reste du pays, les avocats du barreau de Lyon sont mobilisés depuis le début de l’année dans une retentissante grève contre la réforme de leur caisse de retraite. Ils ont perturbé la rentrée solennelle de la cour d’appel, boudée par Serge Deygas, et retardé la tenue du procès Preynat, pour signifier leur opposition à une refonte qui les verrait perdre leur indépendance, cotiser plus pour toucher moins à la retraite.
Faire défiler vers le haut