"POURQUOI FAIT-ON DE L'ART DANS UNE SOCIETE QUI NE TOURNE PAS ROND ?"

Un spectacle qui tire la langue.

La meilleure diva du monde doit chanter pour la 222ème fois, mais ce soir, il y a quelque chose qui cloche : la cantatrice est en retard. L'attendent dans sa loge son alcoolique de père et un médecin légiste en manque d'hémoglobine. Finalement, la reine de la nuit arrive alors que le spectacle a déjà commencé, et monte enfin sur scène.

Au Théâtre du Point du Jour, Emmanuel Daumas met en scène un texte de Thomas Berhnard, L'Ignorant et le fou. Un jeu de massacre sur le grand art et sur la vanité de ceux qui l'excercent. "Pourquoi fait-on de l'art dans une société qui ne tourne plus rond ?, s'interroge l'écrivain allemand. Le grand art de l'Occident s'écroule, mettant en évidence l'échec de la civilisation, de l'Europe et de l'Occident.''
Pendant la seconde partie, les dents continuent de grincer alors que les trois personnages sont en train de manger, après la représentation. Une voix, derrière, se demande pourquoi Mozart n'a pas empêché les camps de concentration, et la diva se met à tousser comme toussait jadis Thomas Berhnard. "C'est un texte merveilleux car c'est en même temps une représentation et une anti-représentation, explique Emmanuel Daumas. Berhnard s'amuse à voir les hommes tirer des plans sur la comète. Il se rit de l'échec de la certitude, avec cette pièce anti-métaphysique teintée d'humour noir''.
Mathieu Carbasse

L'ignorant et le fou, du 10 au 19 octobre au Théâtre du Point du Jour, 7 rue des Aqueducs, Lyon 5. 04 78 150 180 ou www.lepointdujour.fr

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut