justice

A 93 ans, le détenu le plus âgé de France devant la justice

La cour d’assises de la Marne examine à partir de ce mercredi le bien curieux destin de Marcel Guillot, le détenu le plus âgé de France. A 93 ans, cet homme comparait devant la justice pour le meurtre d’une femme de 82 ans dont il était épris. Un émoi amoureux qui a mal tourné pour cet homme bien sur tout rapport.

Pendant trois jours, le vieil homme doit s’expliquer sur son geste : pourquoi a-t-il tué Nicole El Dib, une femme élégante âgée de 82 ans, habitante de Saint-Gilles dans la Marne ? L’accusé est le détenu le plus âgé en France, incarcéré actuellement à la maison d’arrêt de Châlons en Champagne.

Un meurtre particulièrement sauvage

Le corps de cette dame est retrouvé, au matin d’une froide journée de décembre 2011, dans un ruisseau traversant sa propriété. Visiblement, la victime a été agressé alors qu’elle dormait, puis a été traînée jusqu’au petit cours d’eau. Etranglée, elle a reçu pas moins de trente coups, très violents, portés au visage. Selon les constatations, Nicole El Dib s'est défendue, face à cette agression, particulièrement sauvage.

Trahi par son ADN, trouvé mêlé au sang de la victime, Marcel Guillot est interpellé par les services enquêteurs au printemps 2012. Il a aussitôt admis son implication dans le meurtre. Durant ses auditions, l’accusé, de taille moyenne, un peu rondelet, évoque une rancœur, envers Nicole, l’amie d’école de son épouse, décédée en 2004 des suites d’un cancer. Il avait pour habitude de venir régulièrement chez elle alors que l’époux de celle-ci se trouve en maison de retraite. Mais, après un service rendu, elle l’a envoyé "promener", selon ses termes.

Un amour à sens unique

Sans réellement l’avouer, le vieil homme de 91 ans, alerte pour son âge, est tombé sous le charme de cette belle et grande femme de 10 ans sa cadette. Seulement voilà, le sentiment était loin d’être réciproque, Nicole se moquant, selon lui, de l’incapacité sexuel des « vieux ».

Mis en examen pour assassinat, la préméditation a été confirmée : l’homme s’était rendu à la propriété de Nicole au petit matin de ce 7 décembre 2011 avec des gants et un bout de manche, admettant qu’il voulait lui mettre une "volée".

L’homme, qui a commencé à travailler à l’âge de 12 ans, menait jusqu’à présent une existence normale. Une vie sobre : il avait été, notamment, agent d’entretien dans une clinique à Aubervilliers jusqu’à sa retraite à 60 ans. Marié en 75, il a eu deux fils et est veuf depuis 2004.

Mais, il tombe sous le charme de Nicole, pensant même pouvoir vivre avec elle une relation amoureuse. Il est éconduit et, ne le supporte pas. Même à 90 ans passés, le meurtre passionnel existe. Le procès, prévu sur trois jours à Reims, s’annonce difficile car l’accusé est atteint de surdité, ce qui compliquera les échanges durant les débats.

Faire défiler vers le haut