Fusillade près de la mosquée de Valence

En début d’après-midi ce vendredi 1er janvier, un homme a foncé à bord de son véhicule sur quatre militaires en faction sur le parking de la mosquée de Valence, dans la Drôme. Après sommations, l’un d'eux a fait usage de son arme pour mettre le conducteur hors d’état de nuire. Les militaires ne sont que légèrement blessés.

Un premier jour de l'année sous haute tension à Valence. Cet après-midi vers 14h30, quatre militaires deployés sur le parking de la mosquée Al-Fourqane de Valence dans le cadre de l'opération Sentinelle ont été attaqués par un homme qui leur a foncé dessus avec un break rouge de marque Peugeot immatriculé en Savoie. Il serait originaire de Bron, selon une source proche de l'enquête.

Après un premier assaut, "les militaires ont intimé l'ordre à la personne d'arrêter son véhicule", avant que l'homme ne leur fonce délibérément dessus une seconde fois, a expliqué le secrétaire général de la préfecture de la Drôme, Frédéric Loiseau, dépêché sur place. Un des militaires a alors fait usage de son arme à deux reprises pour protéger ses collègues, percutés par le chauffard.

 

Un civil touché

Touché à la jambe et au bras, l'assaillant a été transporté à l'hôpital dans un état jugé "sérieux". Les militaires ne sont que légèrement touchés, certains indemnes, mais profondément choqués, notamment celui qui a dû riposter. Un fidèle qui se trouvait à proximité a été légèrement blessé mais ses jours ne sont pas en danger, a précisé Frédéric Loiseau au Dauphiné libéré. L'homme est sorti de la salle où il était opéré en milieu de soirée, relate la mosquée.

 

 

Un important dispositif policier a été mis en place, alors que la police technique et scientifique procédait aux premiers relevés en présence du procureur de la République, Alex Perrin. L'enquête, qui a été confiée aux policiers de la sûreté départementale de Valence et à la PJ de Lyon, devra notamment tenter de mettre en lumière les motivations de l'assaillant. Son acte semble a priori dirigé contre les militaires, selon Frédéric Loiseau.

Les fidèles en état de choc

Les faits se sont déroulés entre deux offices en ce vendredi de prière. Fidèles et responsables du lieu de culte sont "profondément choqués par cet acte", a indiqué la mosquée par voie de communiqué. "Un événement grave", qui n'entamera néanmoins en rien la détermination des responsables de la mosquée "à promouvoir le vivre-ensemble". "Le dispositif et les soldats chargés de la protection de la mosquée sont appréciés des fidèles", rappellent-ils, condamnant "avec la plus grande fermeté cette agression contre ceux dont la mission est d’assurer notre sécurité".

 

Soutien aux militaires et aux fidèles

L'attitude des militaires et leur courage ont été unanimement reconnus, de la préfecture de la Drôme à la place Beauvau. À l'instar du maire de Valence, Nicolas Daragon, Frédéric Loiseau a souligné l'extrême sang-froid des militaires. Le Premier ministre, Manuel Valls, a apporté son soutien moral aux forces de l'ordre.

 

Dans un communiqué commun, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, et son homologue à la Défense, Jean-Yves Le Drian, ont témoigné leur soutien aux militaires attaqués et au fidèle blessé. Ils en ont profité pour réaffirmer leur gratitude à l'endroit de toutes les unités des forces de l'ordre actuellement, dans le cadre du renforcement du plan Vigipirate prévu par l'état d'urgence.

 

1 commentaire
  1. Robes Pierre - ven 1 Jan 16 à 18 h 24

    un bon exemple pour un futur candidat à l'agression.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut