La nouvelle traque d'Interpol

Le bureau de communication et des publications d'Interpol, basée à la Cité internationale, envoie un mail aux journalistes. Quelques heures après l'arrestation du pédophile Christopher Neil en Thaïlande, Jean-Michel Louboutin, directeur exécutif des services de police d'Interpol, souhaite faire un point sur le sujet.
" Je rends hommage à la police thaïlandaise qui a montré son savoir-faire et sa capacité d'intervention. Je lui dis " chapeau ! ", car la cavale de Vico (ndlr : nom de code du pédophile) n'a pas duré très longtemps ".
Quelques jours après l'appel à témoins sans précédent lancé par Interpol via son site internet, " le pédophile le plus traqué au monde " est tombé dans les mailles d'un filet que la police thaïlandaise et Interpol tentaient, en vain, de jeter sur ce canadien de 32 ans, accusé de " viols sur cinq ou six enfants de moins de 10 ans, dont une fillette ", selon la police de Bangkok.
Interrogé sur cet appel à témoins inédit lancé par Interpol pour mettre fin aux agissements du pédophile, Jean-Michel Louboutin a "pensé à plusieurs cas pour lesquels cette méthode pourrait être utilisée ". Le nème2 d'Interpol a ajouté que les appels à témoins pourrait aussi bien être efficace en matière de pédocriminalité, que de braquage " pour les équipes internationales de braqueurs itinérants dans le monde ".
Jean-Michel Louboutin a conclu que cette affaire était " un signal très fort pour montrer qu'il n'existe aucune zone protégée dans le monde pour les pédophiles ".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut