Meurtre de sa fille : André Bamberski jugé pour enlèvement

André Bamberski est jugé par le tribunal correctionnel de Mulhouse, jeudi et vendredi, pour l’enlèvement de Dieter Krombach, condamné pour le meurtre de sa fille. Le Français est soupçonné d’avoir commandité l’enlèvement en Allemagne de son ennemi de toujours. Retour sur une saga judiciaire.

Il n’y aura pas de face-à-face entre les deux hommes : à 79 ans, Dieter Krombach ne sera pas présent à l’audience, pour des raisons de santé, selon son avocat, Me Levano.

André Bamberski, aujourd’hui âgé de 76 ans, est soupçonné d’avoir organisé le rapt de l’Allemand, une nuit d’octobre 2009, afin de le livrer à la justice française. Kidnappé devant son domicile de Bavière, le médecin a été retrouvé ligoté et bâillonné dans une voiture, près du tribunal Mulhouse. André Bamberski avait lui-même appelé les autorités locales.

Le médecin, notable, échappe à la justice allemande

Durant toute sa vie, cet ancien expert-comptable a poursuivi le médecin allemand condamné par contumace pour homicide involontaire de sa fille Kalinka en 1982. Cet été-là, l’adolescente âgée de 14 ans passait ses vacances chez son beau-père, Dieter Krombach, sur les bords du lac de Constance. Elle se serait plainte de ne pas assez bronzer, et le médecin lui aurait alors, selon ses propres dires, injecté un médicament. Après avoir passé sa journée à faire de la planche à voile, la jeune Kalinda meurt.

En Allemagne, l’affaire est classée et le médecin lavé de tout soupçon en 1987, mais c’est sans compter sur l’opiniâtreté du père de la jeune fille. Celui-ci porte plainte auprès du parquet de Paris et une enquête est ouverte. Le corps est exhumé en 1985. La conclusion de l’autopsie est formelle : l’injection du produit a immédiatement précédé la mort et ne peut avoir eu lieu plusieurs heures auparavant, contrairement aux dires du docteur Krombach. La justice ordonne l’envoi du médecin devant une cour d’assises et, alors qu’il n’est pas présent à son procès, Dieter Krombach est condamné en 1995, par contumace, à 15 ans de réclusion criminelle. Pour autant, ce notable bavarois continue de vivre en Allemagne. Là-bas, en 1997, il est également rattrapé par la justice et est condamné pour viols.

Bamberski “assume”

Cependant, le père de Kalinka ne veut pas en rester là et décide d’“apporter” le médecin allemand à la justice française. À la suite de son interpellation, le docteur Krombach a pu comparaître devant une cour d’assises en France. Il a ainsi été condamné à deux reprises à 15 ans de réclusion criminelle, fin 2011 puis, en appel, en 2012, pour violences volontaires aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner. Sa condamnation est devenue définitive début avril, après le rejet de son pourvoi en cassation.

Aux côtés d’André Bamberski, comparaîtront deux hommes et une femme : un Kosovar de 43 ans et un Géorgien de 28 ans, auteurs présumés de l’enlèvement, et la journaliste autrichienne de 54 ans soupçonnée d’avoir joué l’intermédiaire entre eux et André Bamberski. Le prévenu a toujours assumé sa part de responsabilité dans l’affaire, estimant avoir fait son devoir au nom de sa fille décédée. S’il a bien demandé que le docteur Krombach soit transporté d’Allemagne jusqu’en France, il nie être le commanditaire de l’enlèvement, au motif qu’il n’a “pas versé un euro” aux exécutants.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut