Activité de votre député : Perrut et le jeu de l’obstruction

SÉRIE : Cet été, Lyon Capitale s’est intéressé aux députés du Rhône. Activité, dépenses, petites histoires, coups d’éclats et déconvenues. Qui est vraiment le député de votre circonscription et que fait-il pendant l’année au palais Bourbon et en dehors ? Découvrez chaque jour un élément de réponse dans notre série dédiée. Aujourd'hui, focus sur l’activité de Bernard Perrut, député-maire de Villefranche-sur-Saône.

Bernard Perrut à l’Assemblée nationale © AFP

Bernard Perrut © AFP

Bernard Perrut (UMP), 9e circonscription du Rhône

Activité de Bernard Perrut pour la XIVe législature ()

Député de la 9e circonscription du Rhône depuis 1997, Bernard Perrut est l’un des plus anciens députés du département encore en exercice. Cet avocat de profession connaît parfaitement les rouages du processus législatif du Palais Bourbon. Il n’hésite d’ailleurs pas à utiliser le petit jeu des amendements pour bloquer ou retarder le vote des lois. Lors de la précédente législature, lorsque la droite était au pouvoir, Bernard Perrut n’avait proposé que 320 amendements. Aujourd’hui la donne est « sensiblement » différente. En deux ans, 3277 demandes de modifications législatives ont été signées de sa main. Le petit jeu de l’obstruction parlementaire est souvent décrié par les députés eux-mêmes, mais ils n’hésitent pas à l’utiliser lorsque les conditions leur sont favorables. Sur l’année écoulée, Bernard Perrut est 8e au classement des "professionnels de l’amendement". Les petits réflexes d’opposition s’apprennent décidément vite ! Il fait également parti des députés qui cosignent volontiers les propositions de loi portées par le président du groupe, Christian Jacob, histoire de leur donner plus de poids.

Stages en entreprise et prestation de serment

Réélu maire de Villefranche-sur-Saône en 2014, Bernard Perrut détient de nombreuses responsabilités confiées par son mandat parlementaire. Il assure notamment une mission de secrétaire à la commission aux affaires sociales, ainsi que d’autres fonctions au sein de missions parlementaires et extra-parlementaires. Les affaires sociales restent l’apanage du député qui a interrogé le ministère en charge à 91 reprises sur l’année écoulée.

Concernant la partie législative, Bernard Perrut est l’auteur de deux propositions de lois. Le 25 juillet dernier, il a émis l’idée d’obliger les professeurs de sciences économiques et sociales reçus au CAPES à réaliser un stage de deux mois au sein d’une entreprise. Il regrette que le système éducatif "n’incite pas suffisamment les élèves à être des acteurs de l’économie". Bernard Perrut s’est aussi fait remarquer, au cet été en proposant la mise en place d’une prestation de serment obligatoire pour les maires et les adjoints dès leur élection, à l’instar de ce qui se fait dans certaines professions.

Lors de la guerre des chefs à l’UMP en 2012, ce fidèle de François Fillon avait refusé de rejoindre le Rassemblement-UMP de son mentor, s’opposant ainsi à une scission du parti d’opposition.

Qu'a fait Bernard Perrut de sa réserve parlementaire en 2013 ? La réponse ici.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut