Cérémonies perturbées à Lyon,"du négationnisme" pour Carenco

Le préfet du Rhône, Jean-François Carenco, ne décolère pas après les perturbations qui ont émaillé les cérémonies de commémoration du 70e anniversaire de l'arrestation de Jean Moulin. Il parle de "négationnisme" et estime que ces éléments radicaux ont fait "un bras d'honneur aux anciens déportés présents".

Ce vendredi soir, le préfet du Rhône a réagi très vivement après que certains opposants au mariage pour tous ont perturbé la cérémonie de commémoration des 70 ans de l'arrestation de Jean Moulin ce matin, en présence de Jean-Marc Ayrault. Ceux-ci ont hurlé des slogans anti-Hollande et sifflé durant le Chant des marais, composé par les premiers déportés allemands.

Des actions inadmissibles, selon Jean-François Carenco, qui s'est confié à Lyon Capitale. "C'est du négationnisme pur et simple. Il s'agit presque d'apologie du nazisme", a-t-il violemment condamné, visiblement très affecté. "Avec une action de ce genre, ces personnes viennent de montrer leur vrai visage et vers qui leur sympathie allait. Vers ceux contre qui nous célébrions justement la lutte aujourd'hui", a-t-il ajouté, très en colère.

Jean-François Carenco a avoué ne pas s'attendre à ce qu'un évènement de cette nature puisse être la cible de telles actions. Et de s'emporter : "On n'a pas le droit de faire ça devant tous les anciens déportés qui étaient présents. On n'a pas le droit de faire ça devant ceux qui sont sortis des camps d'Auschwitz ou de Dora. Aujourd'hui, c'est comme si on leur avait fait un bras d'honneur." Aux yeux du préfet, ces éléments radicaux viennent de se couvrir de discrédit.

Lire aussi :

La cérémonie Jean Moulin perturbée par la Manif pour tous

Jean Moulin, la Manif' pour Tous ne regrette pas

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut