Laurent Wauquiez © Tim Douet – 2016
Laurent Wauquiez © Tim Douet – 2016

Quand Laurent Wauquiez invente une citation d’Angela Merkel

Invité de LCI mardi dernier, Laurent Wauquiez a évoqué une critique acerbe d’Angela Merkel à l’égard du discours sur l’Europe d’Emmanuel Macron. Un propos contredit depuis par la chancelière elle-même.

Le torchon brûlerait-il entre l’Allemagne et la France ? À en croire Laurent Wauquiez, les déclarations d’Angela Merkel en sont la preuve. Le candidat à la présidence LR a évoqué mardi dernier sur le plateau de LCI la réaction acide de la chancelière à l’égard du discours sur l’Europe d’Emmanuel Macron : "Ce qui me frappe moi, c’est la fin de non-recevoir quasi-immédiate, certes polie, mais extrêmement ferme d’Angela Merkel." Appuyant même son point de vue d’une citation directe la première concernée : "Mon jeune ami, avant de faire un discours, on commence par travailler." Problème : aucun article sur le Figaro ne semble confirmer ces affirmations.

Pointé en fin d’émission par David Pujadas, ce fait n’a pas ébranlé Laurent Wauquiez qui persiste et signe : "Ah si, si, je vous le confirme, il est d’ailleurs repris y compris par vos confrères du Figaro, qui ont repris les propos d’Angela Merkel, vous verrez. Regardez sur le Figaro.fr, vous verrez que vous avez des collègues affûtés."

Des propos qu’il a réitéré ce mercredi au micro de Radio Classique : "Angela Merkel dès lundi a fait une réponse d'ailleurs assez claire consistant à dire : écoutez, avant de faire un discours, mon jeune ami, on travaille". Il faut pourtant attendre le jour suivant pour obtenir la première réaction officielle de la chancelière sur le discours, et qui en profite pour le saluer : "Je pense que c'est très positif. J'ai vu dans le discours du président français une bonne base pour permettre à la France et à l'Allemagne de coopérer de manière plus intense à l'avenir."

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb aux voeux du 4e arrondissement
David Kimelfeld n’a pas été tendre avec La République en Marche. Encore une fois. Il reproche au parti, et surtout à son candidat officiel pour la métropole de Lyon, Gérard Collomb, de prendre un virage à droite.
Faire défiler vers le haut