Gérard Collomb et Roland Bernard au grand Lyon © Tim Douet

Anneau des Sciences : un projet essentiel pour les mobilités selon Collomb

Le maire de Lyon a assuré ce lundi durant le conseil de la métropole que pour les mobilités, “si on ne fait pas l'Anneau des Sciences, on ne fera pas tout le reste”. 

Après le débat sur le Plan Climat Énergie Territorial, Gérard Collomb a réaffirmé sa volonté de réaliser l'Anneau des Sciences, projet qui prévoit de boucler le périphérique Ouest, d'Écully à Saint-Fons. Mettant en avant une “vue globale” sur les mobilités, le maire de Lyon a assuré “qu’il est vain de parler d'aménagement de l'A6-A7 si effectivement nous n'avons pas d'Anneau des Sciences pour passer d'est en ouest.” “Cet anneau ne doit pas être conçu comme autoroute ou un périphérique des années 60. Il doit être consacré à l’intermodalité. Mais si nous ne le faisons pas, nous ne ferons pas tout le reste”, a ajouté Gérard Collomb. 

Il est paradoxal que la rocade Est soit une muraille de camions, que le tunnel de Fourviere soit saturé et que les deux tiers du contournement réalisé soient vides. Il convient de réaliser le dernier tiers de manière à éviter une grande partie circulation qui traverse Lyon”, a conclu l'ancien président du Grand Lyon. 

Une position bien plus tranchée que celle de David Kimelfeld. Ce lundi, le président de la métropole de Lyon a affirmé qu’il “se posait toujours des questions”, sur le bouclage du périphérique lyonnais à l'ouest notamment dans un contexte “où les ambitions environnementales sont beaucoup plus fortes”. La semaine dernière, M.Kimelfeld a suscité l'ire de la coalition des marches pour le climat en annonçant qu'il allait rencontrer des députés du Rhône pour leur demander de déposer un amendement à la loi d'orientation des mobilités relative à l'Anneau des Sciences. 

Déclenchant une polémique, David Kimelfeld a finalement annoncé lors du conseil métropolitain qui se tient aujourd'hui qu'il allait lancer des Assises de la mobilité. “Il ne s’agit pas de remettre en cause a priori le bouclage du périphérique, mais de concevoir ensemble un projet des mobilités durables sur notre territoire et de faire en sorte que ce périphérique soit pleinement intégré et permet de relever le défi climatique. On a encore besoin d’infrastructures. Pas forcément pour accueillir les mêmes modes de déplacement qu’il y a vingt ans. L’Anneau des Sciences, ça n’a de sens que si on pousse des modes alternatifs comme les transports en commun ou le covoiturage”, a notamment déclaré le président de la métropole.

à lire également
Assurant que son parti ne “troquera jamais ses valeurs contre un mandat”, Stanislas Guérini, le patron d'En Marche a demandé la désinvestiture de Yann Cucherat à Lyon après l'accord entre Gérard Collomb et la droite locale. 
3 commentaires
  1. Gérard Dutal - 18 mars 2019

    Gérard Collomb a raison ,le bouclage du périphérique doit se faire et vite si on veut éradiquer le transit national et international du tunnel de Fourvière .Sans ce bouclage , le boulevard urbain ne se fera pas , et ce qui est actuellement en cours et prévu pour 2020 (ligne de bus sur la voie de dégagement et arbres sur le quai Perrache), n'est que de l'enfumage des lyonnais ,car on ne touche pas aux voies actuelles de l'autoroute. David Kimelfeld a tord de ne pas décider maintenant , d'avoir peur des écologistes et d'engager un nouveau débat public pour mieux reculer ?

    1. Abolition_de_la_monnaie - 18 mars 2019

      Le bouclage du périphérique n'est qu'un modèle dépassé, le chantage de Collomb en déclassant l'autoroute n'est là que pour les affaires immobilières à la Confluence.
      Si vous ne voulez plus voir l'autoroute le long des quais, vous n'avez qu'à l'enterrer dans une trémie tout le long, mais ça n'empêchera pas la pollution, et c'est surtout ça le problème. Et la pollution dans Lyon ou chez les voisins plus loin, c'est la même pollution ignoble.

    2. Bernard Girard - 18 mars 2019

      Cher Gérard Dutal,

      Gérard Collomb nous enfume tous (et au premier rang, vous, les malheureux riverains du cours de Verdun sacrifiés il y a presque 50 ans).
      Il se déjugerait et se déconsidérerait à ses propres yeux s'il admettait aujourd'hui qu'un aménagement en vrai boulevard urbain "civilisé" est tout à fait possible sans réaliser d'abord son anneau autoroutier à 3 milliards.
      Donc il ne fera PAS cet aménagement.

      Pourquoi faut il que tant de gens suivent ce raisonnement bizarre :
      "Les transports en commun ne sont pas satisfaisants, alors construisons une autoroute" ??

      Une fois écarté les 15 ou 20000 véhicules en transit, il restera encore 80 000 véhicules "locaux" sous tes fenêtres. Cela fera t-il une grosse différence ?

      Bien amicalement

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut