Chabert promet la rénovation des quartiers

Il a choisi pour réunir ses militants et pour présenter son équipe, un atelier de la rue Paul Verlaine, une ancienne fabrique d'agraffes, de soutien-gorges, de baleines et de jarretelles.
Henry Chabert a stigmatisé "la destruction inacceptable de la permanence UMP de Villeurbanne". Puis, à ce sujet, il s'est déclaré "stupéfait de l'irresponsabilité" des propos tenus par "une candidate" avant le 2e tour. "Heureusement aujourd'hui, tous les responsables politiques condamnent ceux qui n'acceptent pas la démocratie".
Le candidat UMP s'est réjouit que Villeurbanne-centre ait voté majoritairement Sarkozy. Mais a dû reconnaître que "Villeurbanne a mieux résisté à la vague sarkozyste que d'autres bastions de gauche comme Bron, Saint-Priest, Rilleux ou Mions". "Nous allons aller chercher les 1000 voix qui nous manquent".
Baptiste Dumas, son suppléant, a parlé "de la petite musique du changement" et promis que Villeurbanne pourrait devenir "un laboratoire, un lieu d'expérimentation où un tandem Borloo-Chabert, dans un esprit ouvert et apaisé, s'attelleront à la rénovation des quartiers".
Pour convaincre les Villeurbannais, l'équipe compte sur une opération parasol. Des parasols aux couleurs du candidat seront plantés en ville pour inciter à venir débattre.
A Villeurbanne, on peut s'attendre à une campagne chargée et à un résultat serré.
A gauche, le député sortant Lilian Zanchi vient de claquer la porte du PS avant d'en être exclu. Il sera donc candidat dissident contre la candidate socialiste Pascale Crozon, soutenue par le maire Jean-Paul Bret.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut