Les enfants de l'école Paul Painlevé pendant les activités
© Tim Douet
Article payant

Éducation : à Lyon, les candidats veulent donner du sens aux rythmes

L’heure est à la stabilité après un mandat rendu chaotique par les changements de rythmes scolaires. Le travail à venir porte désormais sur le contenu des temps périscolaires. La campagne se menant sur les thématiques environnementales, une course à celui qui propose le plus de bio dans les cantines s’est ouverte.

Bilan : un mandat éreintant

C’est un mandat éreintant qui s’achève pour la communauté éducative lyonnaise. Il aura été marqué par les directives successives de l’Éducation nationale. Sous François Hollande, l’école est passée à la semaine de quatre jours et demi. Trois ans plus tard, une fois Emmanuel Macron élu, Lyon est revenu au point de départ : quatre journées d’enseignement en maternelle et en primaire.

Il vous reste 86 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut