Jean-François Debat©RobinFavier-2

Jean-François Debat répond à la Canol

Jean-François Debat, vice-président du conseil régional de Rhône-Alpes, a réagi sur Lyon Capitale aux propos de Michel Vergnaud, président de l’association Canol, qui affirmait hier que la région avait “camouflé” et “masqué la réalité” de ses dettes.

"La situation financière, notamment sur la question de la dette, a été camouflée. Des opérations ont masqué la réalité", lançait hier Michel Vergnaud, président de l'association Canol (Contribuables actifs du Lyonnais), à l'encontre de la région Rhône-Alpes.

Des propos qui ont rapidement fait réagir Jean-François Debat, vice-président du conseil régional chargé des finances : "Que l'on ait un débat politique sur les investissements, sur leur utilité, c’est normal. Qu'une association de contribuables fasse des choses, c'est très bien. Mais parler d'un camouflage de dettes, c’est inadmissible et pénalement répréhensible."

“Les gens de la Canol sont en campagne politique pour Wauquiez, voire pour l’extrême droite”

Très remonté, Jean-François Debat voit dans ces propos une volonté de discréditer l'action du président du conseil régional sortant, Jean-Jack Queyranne, et de sa majorité : "Les gens de la Canol sont en campagne politique pour Wauquiez, voire pour l'extrême droite. Ce qui est grave, c'est qu'ils nous mettent en cause pour des choses extrêmement graves qui ne sont assorties d'aucune précision. La Canol se situe sur un terrain encore plus extrémiste que le FN, parce que même ce parti n'a jamais parlé de camouflage de dettes", a-t-il affirmé à Lyon Capitale.

Pourtant, l'association de contribuables se revendique comme apolitique. Pas selon le maire de Bourg-en-Bresse, pour qui trop d'éléments laissent penser l'inverse : "Le timing n’est pas neutre, à ce moment de la campagne. En disant que l'on a camouflé des choses, ils ont manifestement décidé d'être dans le champ politique. Quand on met en cause, de manière diffamatoire pénalement, les responsables publics, on ne peut se prétendre apolitique."

“Je me réserve, et nous nous réservons, le droit de toute suite possible à de tels propos”

Au-delà de ce que le vice-président du conseil régional considère comme de la "diffamation", il s'est aussi dit "prêt à répondre sur des choses précises. Les élus régionaux sortants n'ont rien camouflé. On a même inclus le crédit-bail dans la dette, alors que ce n’est pas une modalité d'endettement. La chambre régionale des comptes n'a rien relevé dans ce que l'on a fait".

Pourtant, si ces allégations de "camouflage" continuent, Jean-François Debat se dit prêt à aller sur le terrain judiciaire : "Je me réserve, et nous nous réservons, le droit de toute suite possible à de tels propos", a-t-il conclu. Contacté par Lyon Capitale, le président de la Canol a maintenu ses accusations. "On est sûr de ce que l'on avance. On travaille avec les documents publiés par la région Rhône-Alpes. Les documents que l'on a sont ceux de la région, ce sont nos pièces à conviction", a-t-il déclaré, avant d'annoncer qu'il étayerait ses propos lors du lancement du site Internet de son association, le 13 octobre prochain.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut