La crèche de Noël de Wauquiez jugée illégale, la Région fait appel

Pour l’exécutif du conseil régional, la décision du tribunal administratif de Lyon jugeant illégale la crèche installée dans les locaux de l’hôtel de région en décembre 2016 constitue une “négation de nos racines”.

La carte de la tradition, toujours. Par voie de communiqué, Laurent Wauquiez a vivement critiqué la décision du tribunal administratif de Lyon jugeant illégale la crèche installée dans les locaux de l'hôtel de région en décembre 2016. "L’installation d’une crèche de Noël dans l’hôtel de région méconnaît le principe de neutralité en l’absence de caractère culturel, artistique ou festif", d'après la juridiction administrative. Installation que le président du conseil régional justifie par un "héritage culturel".

“Ces liens culturels et familiaux qui nous rassemblent”

"L’installation par une personne publique d’une crèche de Noël dans un emplacement public n’est légalement possible que lorsqu’elle présente un caractère culturel, artistique ou festif sans exprimer la reconnaissance d’un culte et ne marque aucune préférence religieuse", a précisé le tribunal. Mais, pour l'exécutif régional, cette décision "illustre une méconnaissance profonde entre ce qui relève du cultuel et du culturel".

Laurent Wauquiez y voit lui "une illustration de notre héritage culturel, de nos traditions, mais aussi un message de joie au moment de Noël". Cette crèche était selon lui "une reconstitution de notre patrimoine régional, qui mettait aussi à l'honneur nos savoir-faire". "Au-delà des convictions intimes de chacun, cette crèche dessinait symboliquement ces liens culturels et familiaux qui nous rassemblent", d'après le président du conseil régional.

“Ce ne sont pas les crèches de Noël qui portent atteinte à la laïcité”

"La vision portée par ce jugement, c’est la négation de nos racines, tempête le communiqué de Laurent Wauquiez. Ce renoncement à nos traditions est contraire à l'idée française de la laïcité. Ce jugement est coupé de la réalité de notre pays : ce ne sont pas les crèches de Noël qui portent atteinte aujourd'hui à la laïcité en France."

"L’interprétation erronée de la jurisprudence du Conseil d’Etat impose ainsi à la Région Auvergne-Rhône-Alpes de faire appel de cette décision, la région utilisera tous les recours juridiques possibles pour la faire annuler", poursuit le communiqué.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut