Les communistes veulent entrer à la "nouvelle star"

Une autre, furieuse, s'est déchaînée sur son blog, imaginant que sa "non-sélection" était forcément le fait d'un "acharnement" du journal à son encontre...

La réaction la plus sympathique nous vient de trois élus communistes, qui nous envoient un courrier plein d'ironie.
Faisant bien les choses, et pour nous "aider à compléter [nôtre] enquête" , le PC nous envoie les portraits - avec photos - de trois candidats. Nous les publions bien volontiers.
Lettre du PCF à Lyon Capitale
Les 3 portraits suivants nous ont été envoyés par le PCF et n'ont pas été rédigés par la rédaction de Lyon Capitale.

Sylvie Pierron
PCF, candidate dans la 4e circonscription du Rhône
Le petit pois sous le matelas

" Populaire " ? On pourrait en douter ! Plutôt " bobo du Vieux Lyon " à vue de nez et avec son Doctorat sur Proust. Mais quand on l'entend haranguer, hilare, les mamies du 6e et répondre du tac au tac à toutes les critiques, avec un franc-parler un peu poissard, on se dit qu'elle n'a pas pu l'inventer et que face au parachuté de l'UMP qu'elle salue façon " même pas peur " du haut de son 1m50 et de son 1,5 %, l'épithète " Courageuse ", elle ne l'a pas volée non plus. Elle ajoute à cela " Fraternelle " pour faire PCF et c'est comme si elle portait le slogan gravé sur le front, façon portail de l'école primaire d'à côté. Elle discute le bout de gras avec tout le monde, " sauf avec les élus du FN : c'est un principe, je ne peux pas serrer la main de quelqu'un dont le créneau est de dresser les gens les uns contre les autres ! ". Mais ça ne la gêne pas de convaincre une personne qui affiche une position raciste vis-à-vis de son suppléant africain, de lui expliquer par a+b qu'il " se trompe de colère ", en citant Senghor. " Cela étant, puisque les idées du FN sont entrée à la tête de l'Etat avec le premier Président issu de l'immigration, ce qui est un comble, on ne peut se permettre d'éluder le sujet, ni de faire comme si la people-attitude et le marketing politique n'existait pas ". Pour sa part, elle pense que discuter avec les gens et les convaincre un par un de prendre leur vie en main, ça suffit pour faire des voix. Il ne faut douter de rien...

Nawel Bab-Ahmed
PCF, candidate suppléante dans la 2e circonscription du Rhône
La benjamine

Juste l'âge pour avoir le droit de se présenter aux législatives, elle est certainement la benjamine de l'épreuve. Dans l'ombre de Louis Lévêque, élu confirmé et bien connu des lyonnais en mal de logement, elle ne se contente pourtant pas de figuration. " J'ai adhéré par internet au PCF en 2005, après avoir examiné les programmes des uns et des autres. Il me semblait qu'il était urgent de défendre les valeurs républicaines françaises et la liberté d'opinion... et je sais de quoi je parle parce que j'étais adolescente en Algérie. " Son credo, c'est la laïcité et le droit à l'athéisme : il faut en général assez longtemps à ses interlocuteurs pour comprendre que le voile ou le patriarcat, tous les sujets " traditionnels " par lesquels on aborde la discussion avec elle, ça l'agace et même, elle y voit une discrimination. " Parlez-moi de la culture, de l'animation des quartiers populaires ! C'est ce que j'étudie et je veux en faire mon métier ". Avec le new PC, au diable les clichés !

Abou-Bakr Mashimango
PCF, candidat suppléant dans la 4e circonscription du Rhône
La foi du charbonnier

Militant des Droits de l'Homme, engagé dans une association pour les personnes âgées et la dépendance à Mermoz, celui que ses amis appellent " Abou " a réfléchi avant d'accepter la suppléance " pour donner l'exemple de l'engagement aux plus jeunes : si je peux le faire, tu peux le faire aussi. " Ce rwandais de 38 ans pense qu'à partir du moment où on est citoyen français, on doit participer à la construction sociale. Il s'avoue timide à l'origine mais prend sur lui quand il s'agit de surpasser la tchatche de la titulaire. Si on lui demande comment il concilie sa foi avec le communisme, il répond en riant que personne ne pose la question aux camarades issus de la JOC, " mais je suis très attachée à l'acquis républicain de séparation de l'église et de l'Etat, de la distinction entre domaine privé et domaine public ". Selon lui, beaucoup de conflits dans le monde seraient évités si on ne mélangeait pas tout et si on n'encourageait pas les communautarismes, mais plutôt l'intérêt commun.

Faire défiler vers le haut