confluence
© Florent Aceto

Lyon 2e, à qui profitera la Confluence ?

Pour cette dernière semaine de campagne avant le premier tour, Lyon Capitale vous propose un tour d’horizon des enjeux pour chacun des 9 arrondissements de Lyon.

Dans le 2e, Gérard Collomb espère capitaliser sur la création du quartier de la Confluence, l’une des réalisations phares de ses deux mandats. Les nouveaux habitants feront-ils basculer à gauche un bastion de droite ?

L’enjeu

confluence immo © tim douet_0008 ()

Pour qui voteront les nouveaux habitants de la Confluence ?

Le quartier est sorti de terre durant le second mandat de Gérard Collomb. Il a attiré de nouveaux électeurs, sur lesquels le maire de Lyon et sa tête de liste, Roland Bernard, s'appuient pour récupérer, électoralement, les bénéfices de leur investissement.

Les élections présidentielles et législatives donnent effectivement quelques raisons d'espérer aux socialistes. Thierry Braillard avait devancé Michel Havard aux législatives de juin 2012 (52,67 %/47,33 %) sur les bureaux de vote de la Confluence. "Les retours de terrain sont très bons. Les gens ne me parlent pas des problèmes d'accessibilité. Si les échanges que j'ai avec les habitants sont sincères, il y aura une surprise le 30 mars", pronostique Roland Bernard, tête de liste de Gérard Collomb.

Mais la Confluence ne représente qu'une part minoritaire du 2e arrondissement. La partie nord est la plus ancrée à droite historiquement, un secteur sur lequel Denis Broliquier, le maire UDI sortant, devrait creuser l'écart.

Le sujet qui fâche

L’accessibilité de la Confluence

Depuis l'ouverture du centre commercial, la droite lyonnaise n'a de cesse de rappeler "l'erreur historique de Gérard Collomb, qui n'a pas prolongé la ligne A du métro à la Confluence". L'accessibilité est pointée comme le défaut majeur du nouveau quartier de Lyon. En revanche, à l'heure de rédiger leurs programmes, aucun candidat n'a apporté de solution aux problèmes. "Les opposants en ont trop fait à une époque, même s'il y a eu quelques problèmes à l'ouverture du centre commercial aux heures de pointe. Mais aujourd'hui, on se déplace bien dans le quartier. Surtout avec le prolongement de T1 à Debourg", assure Roland Bernard, candidat PS.

Le débat sur l'accès au quartier tourne donc autour du réaménagement de la gare, qui constitue une frontière difficilement surmontable, à pied comme en voiture, entre le nord et le sud de l'arrondissement. Le Grand Lyon a déjà voté un projet de rénovation de la gare de Perrache. "Nous reprendrons ce projet et nous ajouterons des voies automobiles pour pouvoir sortir correctement du quartier", propose Denis Broliquier.

La personnalité

Denis Broliquier © tim douet_0040 ()

©Tim Douet

Denis Broliquier

Jusqu'au printemps 2013, Denis Broliquier s'imaginait candidater à la mairie de Lyon. Après une aventure commune avec l'UMP et Dominique Perben en 2008, l'ancien collaborateur de Charles Millon avait tenté de monter son propre parti (Lyon Divers Droite), sans grand succès. Sa tentative d'OPA sur l'UDI ayant échoué, sa carrière politique a failli s'arrêter quand Michel Havard a claqué la porte des négociations, à l'automne, entre la droite et le centre. Faute de troupes suffisantes pour exister indépendamment, le maire sortant du 2e a dû revoir ses ambitions à la baisse. Il reste toutefois tête de liste dans son arrondissement mais est sorti affaibli de l'alliance entre l'UMP et l'UDI. Acteur majeur des divisions de la droite lyonnaise, l'homme ne brille pas par sa loyauté aux yeux de l'UMP. Lors de l'actuel mandat, il avait mis deux ans à quitter le groupe de la droite. Beaucoup à droite se demandent aujourd'hui combien de temps il mettra à planter une nouvelle fois Michel Havard...

La citation

"Le choix du métro n'a pas été fait, maintenant c'est fait, il faudra vivre sans métro pendant les dix à vingt prochaines années", explique Denis Broliquier, candidat UMP-UDI, sous couvert de ne pas gaspiller les finances publiques.

Les candidats

Raphaël Debu (Front de gauche-Gram/Lyon citoyenne et solidaire)

Roland Bernard (PS/Évidemment Lyon)

Amaury Rubio (EELV/Inspirez Lyon)

Aude Simian (FN/Lyon Bleu Marine)

Denis Broliquier (UMP-UDI/Génération Lyon)

Marie Lobbedez (Lyon pour tous, tous pour Lyon)

Les résultats de 2008

1er tour

Denis Broliquier (UMP) : 45,82 %

Liste Gérard Collomb : 38,62 %

Liste Audaces (extrême gauche) : 3,36 %

Liste Modem : 7,91 %

Liste FN : 4,07 %

2nd tour

Denis Broliquier : 58,19 %

Liste Gérard Collomb : 41,81 %

Présidentielle 2012

François Hollande (PS) : 40,99 %

Nicolas Sarkozy (UMP) : 59,01 %

Rapport de force 1er tour présidentielle

PS : 22,77 %

UMP : 41,89 %

FN : 8,95 %

Front de gauche : 8,91 %

Centre : 11,18 %

Europe Écologie-Les Verts : 3,73 %

Extrême gauche : 0,87 %

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut