David Kimelfeld présente ses candidats aux élections métropolitaines de 2020
David Kimelfeld présente ses candidats aux élections métropolitaines de 2020

Métropole de Lyon : Kimelfeld dévoile ses têtes de liste

David Kimelfeld a présenté, ce mardi, les quatorze têtes de liste qui l’accompagneront dans sa tentative de conquête de la présidence de la métropole de Lyon. Il s’appuiera principalement sur des élus sortants, épaulés de personnalités de la société civile.

Ce mardi, David Kimelfeld a présenté un peu plus que ses vœux pour une année 2020 qu’il se verrait bien finir comme elle commence : en président de la métropole. Le candidat à sa succession a dévoilé les binômes qu’il présentera les 15 et 22 mars prochains au scrutin métropolitain dans chacune des quatorze circonscriptions. Des candidats qui épousent les contours d’une architecture présentée en novembre dernier. Les élus qui le soutiennent depuis qu’il s’est lancé contre son ancien mentor, Gérard Collomb : Thomas Rudigoz, Myriam Picot, Jean-Luc Da Passano, Michel Le Faou, ou encore Marc Grivel. Si Georges Képénékian ne figure pas dans les binômes présentés, David Kimelfeld a précisé que celui qui est candidat à la mairie de Lyon serait présent sur ses listes, baptisées “Ensemble avant tout”.

De l’expérience autant que du renouvellement

“Nous avons voulu des personnalités qui incarnent un rassemblement large avec des gens qui portent des sujets comme la transition environnementale ou sociale. Nous ne sommes pas une liste sans étiquettes, mais celle du rassemblement. Certains viennent du centre droit et d’autres de la gauche. Nous renouvelons à 50 %”, avance David Kimelfeld. Mais le renouvellement est surtout au rendez-vous à partir de la deuxième position. Neuf des quatorze têtes de liste sont des élus sortants. “Nous avons des élus qui ont de l’expérience et nous l’assumons. L’important, c’est le renouvellement sur l’ensemble des candidats et des circonscriptions”, oppose David Kimelfeld. L’actuel président de la métropole évoque aussi l’expérience comme un avantage et en profite pour glisser une pique destinée aux écologistes : “Il y a ceux qui proposent et ceux qui ont la capacité de mettre en route des projets. C’est le luxe du candidat sortant. Sur la zone à faibles émissions, quand les écologistes disent qu’il faut aller plus loin et taper sur les voitures particulières, je suis 100 % d’accord avec ça, mais comment fait-on en sorte que les gens puissent changer leurs véhicules ? Il faut d’abord des alternatives en transport en commun ou des dispositifs d’incitation financière.” Cet affrontement à distance avec les écologistes est réciproque, ces dernières semaines. Les deux formations sont en concurrence pour arriver en seconde position derrière Gérard Collomb au soir du premier tour, selon les différents sondages réalisés jusqu’à présent.

Duel à distance avec les écologistes

Mais il ne faut pas trop pousser le président de la métropole pour qu’il revienne à Gérard Collomb, sa cible originelle. “Nous avons un désaccord sur les infrastructures routières. J’ai pris une position ferme sur l’Anneau des Sciences et lui aussi. Sur la gouvernance, je suis pour plus de collectif. Par exemple, je ne suis pas un candidat à la métropole qui choisit par avance qui sera maire de Lyon. Et puis, sur le social, quand je suis arrivé à la présidence de la métropole, rien n’était prévu. La seule instruction était de ne pas augmenter le budget”, souligne David Kimelfeld, qui a décidé d’entamer l’année en allant sur cette thématique pour l’instant peu présente dans la campagne.

L’hypothèse qui consistait à ne pas présenter de liste dans les circonscriptions où de potentiels alliés sont candidats (Villeurbanne ou les circonscriptions de Vaulx-en-Velin et de Vénissieux) n’a pas été retenue. David Kimelfeld présentera donc ses propres candidats dans les quatorze circonscriptions. Au moins jusqu’au soir du premier tour.


Les binômes pour les 14 circonscriptions

Lyon Ouest
Thomas Rudigoz et Marie Lextrait

Lyon Centre
David Kimelfeld et Atlantide Merlat

Lyon Sud
Myriam Picot et Antoine Dulin

Lyon Sud-Est
Michel Le Faou et Laurence Favaro

Lyon Est
Guy Corazzol et Clémentine Hazeran

Lyon Nord
Catherine Panassier et Ronald Sannino

Villeurbanne
Mahrez Benhadj et Sarah Sultan

Rhône Amont
Sarah Tanzili et Calogéro-Charly Palermo

Porte des Alpes
Françoise Ritter et Hervé Galland

Portes du Sud
Fazia Ouatah et Rabah Tarchouni

Lônes et coteaux du Rhône
Jean-Luc Da Passano et Brigitte Jannot

Ouest
Alain Galliano et Arielle Petit

Val de Saône
Marc Grivel et Florence Asti-Laperrière

Plateau Nord
Cecilia Sanchez et Dominique Blanc

à lire également
Du candidat à la mairie de Lyon à ses cousins de droite en passant par les maires et les députés, tour des élus et des membres de la société civile qui ont affiché leur soutien à Gérard Collomb pour l’élection à la présidence de la métropole.
1 commentaire
  1. raslebol69 - 7 janvier 2020

    Plus logique que celui de Collomb avec une partie de la droite.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut