Perben dans ses meubles

Au 65 cours Gambetta se sont retrouvées mardi plus de deux cents personnes. Une bonne partie de la droite UMP lyonnaise, mais aussi des villliéristes récemment ralliés, des radicaux valoisiens en quêt de point de chute, des personnalités de la société civile plus ou moins disponibles et des " prises de guerre " : des transfuges venant du camp d'en face comme André Vianés et Philippe Genin. Ce qui prouve que les négociatiosn battent son plein. Grands absents : les millonistes qui sont pourtant une des clefs du succès ou de l'échec. Visite attendue de la ministre de l'enseignement supérieur Valérie Pécresse, de passage à Lyon pour inaugurer le Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur (PRES). Elle sera exfiltrée une demi-heure plus tard par le préfet du Rhône Jacques Gérault qui s'attardera un instant pour échanger quelques mots avec Dominique Perben.
Une ambiance conviviale de retrouvailles mais aussi de tractations en cours. Un buffet à peine moins austère que pour Collomb. Les confrères ont testé par conscience professionnelle  : les chips, les tranches de saucisson, le paté en croûte cocktail, les curly, le rosé et les sodas chimiques. Quant à l'animation musicale, elle allait de Paole Conte (Comédie.. ) à Mika (Relax). Pas de Karaoké.

à lire également
L’hôtel de ville de Lyon, place de la Comédie © Eliot Lucas
Lutte Ouvrière a présenté cette semaine ses têtes de liste pour les élections municipales à Lyon et dans la Métropole de Lyon. A Lyon, le parti d'extrême gauche sera représenté dans six arrondissements.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut