Bruno Gollnisch
@Tim Douet

Régionales en Paca : Gollnisch se retire et souhaite "bien du plaisir"

Bruno Gollnisch a finalement décidé de retirer sa candidature pour emmener la liste frontiste aux régionales de 2015 en Paca, laissant la voie libre à Marion Maréchal-Le Pen. L'ancien lieutenant de Jean-Marie Le Pen qui semble évoquer un conflit de génération au sein du parti à la flamme souhaite "bien du plaisir" aux "jeunes gens qui préfèrent rester entre eux".

Il y a quelques jours de cela, Jean-Marie Le Pen annonçait se désister de sa candidature pour emmener la liste frontiste lors des prochaines élections régionales en Paca. Il faut dire qu' après ses derniers dérapages, la présidente du parti à la flamme avait annoncé s'opposer à voir son père emmener la liste en Paca. Marion Maréchal Le Pen annonçait alors se porter candidate, adoubée à la fois par Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen.

Toutefois, ce dernier l'avait priée de faire un ticket avec Bruno Gollnisch, l'ancien lieutenant du patriarche avec qui il devait se présenter. Mais la jeune députée du Vaucluse a rejeté cette proposition, estimant que l'ancien conseiller régional de Rhône-Alpes représentait un Front national "un peu révolu".

Bruno Gollnisch, se portait donc candidat à l'investiture de son côté. Restait alors au bureau politique du Front national qui se réunit ce vendredi 17 avril à trancher, qui de Marion Maréchal Le Pen ou de Bruno Gollnisch serait la tête de liste en Paca. Mais ce jeudi, l'ancien élu de Rhône-Alpes a finalement décidé de se retirer de la course.

"Je leur en laisse la responsabilité"

"Je croyais que mes compétences juridiques, politiques – en ce qui concerne la conduite pendant des décennies d'un groupe au conseil régional – pouvait me permettre de rendre quelques services à notre cause, s'agissant d'une région qui est plus peuplée et plus complexe que bien des états membres de l'Union européenne", explique, incisif, Bruno Gollnisch, dans une vidéo publiée sur son site internet.

"Il semblerait que ce ne soit pas l'avis d'un certain nombre de jeunes gens qui préfèrent rester entre eux. A partir de là, je leur en laisse la responsabilité. Et par avance – citant pour une fois le général de Gaule - je leur souhaite ''bien du plaisir'' ", envoie-t-il, ironique.

Faire défiler vers le haut