Rénovation urbaine : les chiffres clés à Lyon

Alors que le Programme national de renouvellement urbain lancé en 2005 (PNRU 1) se termine cette année, un nouveau vient prendre la relève à Lyon jusqu’en 2030 (NPNRU).

Le ministre Patrick Kanner a rencontré Gérard Collomb le 29 janvier, dans le cadre d'un déplacement dans la région. En compagnie de Michel Delpuech, préfet du Rhône, ils ont fait le point sur la rénovation des quartiers lyonnais.

Le “Nouveau programme de renouvellement urbain pour la métropole de Lyon” a été présenté. Nous vous en présentons ci-après les grandes lignes.

1 311 logements à démolir dans la métropole

C'est ce qui est d'ores et déjà prévu par le nouveau programme. Dans le même temps, 1 270 logements à réhabiliter ont été identifiés.

Au cours des dix dernières années, le PNRU 1 a entraîné la destruction de 6 295 logements, la réhabilitation de 8 148 et la reconstruction de 5 766 (certains étant toujours en cours de construction).

37 quartiers prioritaires

Ces sites vont bénéficier de “crédits d'exception” et de “dispositifs spécifiques” (Adultes-relais, programmes de réussite éducatif). Ils rassemblent 12 % de la population du territoire de la métropole de Lyon.

29 quartiers en “veille active” sont également identifiés mais ne bénéficient d'aucun crédit d'exception. Il s'agit d'anciens quartiers prioritaires désignés par la Ville ou l’État, mais il y en a aussi deux nouveaux : Lyon 2/Verdun-Suchet et Saint-Fons Centre. Ces deux quartiers rassemblent une forte concentration de ménages précaires.

36 % de ménages à bas revenus dans les quartiers prioritaires

À titre de comparaison, le taux est de 16 % dans la métropole de Lyon. La population est également plus jeune dans ces quartiers (33 % de moins de 20 ans contre 25 % en moyenne dans la métropole) et moins mobiles (64 % de personnes motorisées contre 73 %).

Le taux de chômage y est aussi plus fort avec 27 % de chômeurs dans la population active en 2011 sur l'ensemble des quartiers visés, contre 12,9 % en moyenne dans la métropole.

Ces populations sont donc particulièrement visées par les programmes de rénovation urbaine.

5 milliards d’euros à l’échelle nationale

C'est la somme débloquée pour le nouveau programme national. Un financement qui doit “permettre de modifier les conditions de vie des habitants” des quartiers visés. L'argent vient de l'Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU) avec le concours d'Action Logement.

À ce budget s'ajoutent 20 milliards d'euros d'investissement de différents contributeurs (bailleurs sociaux, villes, communes, départements, régions).

Pour le premier programme, en vigueur jusqu'à peu, 1,4 milliard d'investissement avait été nécessaire, dont 205 millions d'euros investis par le Grand Lyon.

14 sites dans la métropole

Ces quartiers identifiés par l'ANRU sont visés par le nouveau PNRU. Parmi eux, on compte 8 sites d'intérêt national :
– Bron Parilly
– Bron Vaulx-en-Velin Terraillon Chenier
– Lyon 9e la Duchère
– Rillieux-la-Pape Ville Nouvelle
– Saint-Fons Vénissieux les Minguettes Clochettes
– Vaulx-en-Velin Grande Ile
– Villeurbanne Les Buers nord
– Villeurbanne Saint-Jean

Et 6 sites d'intérêt régional :
– Givors Les Vernes
– Givors la Plaine (ou Centre-Ville)
– Lyon 8e Langlet-Santy
– Lyon 8e Mermoz
– Saint-Fons Arsenal Carnot Parmentier
– Saint-Priest Bellevue

2 commentaires
  1. Bernard - mer 23 Mar 16 à 18 h 35

    Le site d'intêret regional dans le 8ème arrondissement s'appelle Langlet-Santy (pas Manglet).

  2. Redaction - jeu 24 Mar 16 à 9 h 15

    Nous avons corrigé. Merci de nous avoir signalé cette coquille.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut