Passi Martial

Sénatoriales : Martial Passi tête de liste du PCF, sauf si...

Conférence de presse en forme d’avertissement au Parti socialiste : le PCF lance sa campagne des sénatoriales avec le maire de Givors Martial Passi comme chef de file. Le candidat discute avec d’autres forces politiques de gauche mais la porte reste ouverte au PS. La condition ? Assurer au moins la troisième place à l’élu communiste en cas d’alliance.

Martial Passi, maire communiste de Givors, a déclaré être tête de liste PCF pour les élections sénatoriales de la rentrée 2014, à l'occasion d'une conférence de presse ce mardi.

Le PS fait la sourde oreille

Le 12e vice-président au Grand Lyon affirme vouloir lutter contre "la raréfaction des dotations de l’État aux collectivités territoriale" ou encore ne pas vouloir de la métropole "si c'est pour faire des économies de bouts de chandelle". Le PCF reste cependant ouvert à un accord avec le Parti socialiste, comme lors des échéances précédentes. Il pourrait alors accepter la place de troisième (mais pas moins) sur une hypothétique liste de rassemblement à gauche.

En présence du sénateur sortant Guy Fischer et de Michèle Picard, maire de Vénissieux, Martial Passi a expliqué "discuter depuis deux mois" avec d'autres forces politiques, afin de "garder nos trois élus de gauche" dans le département du Rhône. Mais, pour l'instant, le PS fait la sourde oreille. "Il y avait un accord tacite avec le PS pour que la 3e place de la liste revienne à un candidat communiste. Pour l'instant, on n'a pas d'accord. Alors on lance notre campagne. (...) Et la condition d'un accord avec les socialistes serait que l'élu du Parti communiste garde sa liberté de parole", ajoute le maire de Givors.

Des discussions avec d’autres partis de gauche

En attendant un éventuel coup de fil du PS, le Front de gauche construit une liste : le Gaec ? "On discute" ; Nathalie Perrin-Gilbert ? "On va la rencontrer" ; d'ailleurs, "différents courants peuvent trouver leur place au sein de notre liste", poursuit Martial Passi. Pour autant, la porte reste ouverte pour l'accord traditionnel : la dernière fois, Gérard Collomb avait décroché son téléphone le 31 août pour proposer l'alliance avec Guy Fischer, raconte ce dernier, qui prend cette année sa retraite politique après 19 ans de mandats. Le dépôt des listes est fixé au 8 septembre.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut