Banderole misogyne : pas de plainte mais des "sanctions"

En marge de la défaite de l'Olympique lyonnais face à Lille en janvier dernier, la diffusion à la télévision d'une banderole indiquant aux femmes la direction de la cuisine dans les tribunes du parc OL avait créé une polémique sur les réseaux sociaux.

Pour réagir à l'interpellation de Wendie Renard, joueuse de l'OL féminine, Jean-Michel Aulas avait déclaré sur Twitter que le club "porterait plainte" contre l'auteur d'une banderole brandit dans les tribunes du Parc OL et qui invitait les femmes à rester en cuisine. Finalement, aucune plainte n'a été déposée, mais les auteurs auraient été "sanctionnés" a indiqué le président de l'OL au journal l'Equipe. "Ils ont présenté leurs excuses avant d'expliquer qu'ils ne s'étaient pas rendu compte du caractère sexiste et diffamant. Pour eux, c'était de l'ironie. On a mis les choses au point, ils ont été sanctionnés. On a défini un cadre bien précis afin d'éviter que ce genre de problème se répète".

Contacté par Lyon Capitale, un habitué du virage Nord, dans lequel la banderole était régulièrement affiché depuis plusieurs années, avait expliqué qu'il s'agissait "d'une vanne historique entre plusieurs membres des Bad Gones", évoquant une "culture tribune, pas toujours très intelligente, il faut l'avouer". À propos de la plainte évoquée par le président du club, il estimait que : "soit Aulas est sincère, soit il bluffe et s'expliquera avec le Kop Virage Nord, [l'association de supporters du Virage Nord et à qui appartient l'étendard]. S'il est sincère, c'est grave parce que cela veut dire qu'il est prêt à se mettre son groupe de supporter à dos pour trois médias qui lui tombent dessus." Il semble qu'une entente ait été trouvée, le président du club n'ayant pas précisé les sanctions retenues contre les supporters à l'origine de la banderole.

Faire défiler vers le haut