L'OL y croit encore

Les Glasgow Rangers ayant perdu à Stuttgart, une victoire en Ecosse suffira aux Lyonnais pour se qualifier pour les 8e de finale de la ligue des Champions.

Tension extrême sur Gerland

20H45. La tension est palpable à Gerland. Les deux équipes entrent sur la pelouse dans une ambiance digne de l'événement. L'Olympique Lyonnais se mesure ce soir aux stars du Barça. Et cette tension n'a pas le temps de retomber car dès la 3e minute de jeu, Iniesta conclut un superbe mouvement des jeunes étoiles Messi et Bojan. Gerland ne relâche pas ses encouragements, bien qu'une défaite minimiserait fortement les chances de l'OL de se qualifier pour les 8e de finale de la ligue des Champions. Les Barcelonais monopolisent le ballon, les Lyonnais courent après. Arrive alors un coup-franc pour le maestro Juninho. À 40 mètres des buts, trop loin ? Jamais pour le Brésilien. La frappe du capitaine de l'OL n'est touché par personne et finit au fond de la cage de Victor Valdès. Gerland exulte. Le public lyonnais est à deux doigts de basculer dans la folie, quand à la 13e minute de jeu, Fabio Santos récupère une mauvaise passe de Milito et se présente seul face à Victor Valdès. Son tir est hélas en plein sur le portier barcelonais. Deux minutes plus tard, c'est Rémy Vercoutre qui se met en évidence sur une frappe lointaine de Touré. Les Barcelonais continuent de garder le ballon, en attendant une accélération soudaine de Messi, Iniesta ou Xavi. 28e minute de jeu, Gerland est en apnée. Après un cafouillage à l'entrée de la surface, Govou récupère et frappe du bout du pied un ballon que Valdès repousse...sur Juninho. Son tir est sauvé sur la ligne par Eric Abidal. Les Lyonnais commencent à gagner de plus en plus de duels, à l'image de Grosso sur Messi.
Le dernier quart d'heure est houleux. Les duels se durcissent, notamment entre Iniesta et Fabio Santos, les tacles se multiplient. Juninho s'échauffe avec Yaya Touré puis avec Abidal. La tension explose lorsque Franck Rijkaard, furieux d'un tacle dangereux de Fabio Santos, est expulsé par l'arbitre. Il regardera la deuxième mi-temps des tribunes.

Une affaire de penalty

Si le rythme de jeu de la seconde période a baissé, le spectacle est toujours très beau à voir, et le suspense omniprésent. La deuxième mi-temps ne débute vraiment qu'à la 58e minute de jeu, lorsque Squillaci fauche inutilement Messi dans la surface. L'Argentin ne se fait pas prier et prend à contre-pied Rémy Vercoutre. Pendant ce temps là à Stuttgart, les Allemands mènent 2-1 face aux Glasgow Rangers. 66e minute de jeu, l'OL peut remercier son gardien, qui effectue un double arrêt devant Gudjohnsen et Messi, et préserve ainsi les chances d'égalisation de l'OL. Chance que vont saisir les Lyonnais huit minutes plus tard. Abidal attrape le pied de l'insaisissable Keita dans la surface de réparation. Juninho transforme le penalty. 2-2. Le score n'évoluera plus. En Allemagne, les Ecossais s'inclinent finalement 3-2. Il suffira d'une victoire à Glasgow, quel que soit le score. Les plus médisants diront qu'une défaite de l'OL n'aurait rien changé, mais la confiance engrangée par les Lyonnais ce soir est indiscutable. La qualification est désormais entre leurs mains.

à lire également
L'Américaine Sofia Kenin a remporté "l'Open 6ème Sens - Métropole de Lyon" ce dimanche au palais des sports de Gerland, à Lyon. Elle a battu en finale l'Allemande Anna-Lena Friedsam (6-2, 4-6, 6-4).
Faire défiler vers le haut