OL : le PSG sacré champion de France à Gerland

Le PSG a décroché le titre de champion de France, dimanche soir, au stade de Gerland (0-1). L’OL, a deux matchs, dont un périlleux déplacement à Nice, pour accrocher la 3e place, synonyme de Ligue des champions.

À l’instar des autres clubs français, les Lyonnais s’étaient fait une raison. Le PSG version Qatari se devait, cette saison, de décrocher le titre de champion de France. Le troisième de son histoire. Restait à savoir à quelle journée de championnat cela allait se matérialiser. En somme, à trouver la date pour officialiser la nouvelle ère parisienne sur la Ligue 1.

En débarquant dans le Rhône, Paris et sa ribambelle de stars souhaitaient vivement sortir du frigo les bouteilles de champagne et fêter un titre attendu depuis des lustres (1994) par le club de la capitale. Dimanche soir, face à un OL loin d’être ridicule, Paris n’a pas sorti le grand jeu mais a maîtrisé la partie et a réussi l’essentiel : ouvrir le score et contrer les quelques assauts rhodaniens.

“L’OL est une équipe en devenir”

Si durant les quarante-cinq premières minutes, Lyon a rivalisé face à l’ogre parisien, la seconde période est plus nuancée. Les Gones se sont contentés du service minimum. Et ont encaissé un but signé Jérémy Ménez (53e). Un tir croisé du gauche qui permet aux Parisiens de faire la différence dans une rencontre suivie à Gerland par 39 939 spectateurs (dont 200 supporters parisiens).

Batailler pour la 3e place

L’OL finit donc par abdiquer. Des Olympiens, un brin fatalistes, devant une évidence : la France a son nouveau champion. Et il va falloir, semble-t-il, s’y habituer. Rémi Garde, abattu et très en colère après l’arbitrage – l’arbitre de la rencontre a notamment oublié de siffler une faute parisienne (84e) – a d’ailleurs parfaitement résumé la situation actuelle  : “Il y a plus de qualités à Paris. À Lyon, nous avons beaucoup de jeunes. Nous sommes une équipe en devenir”. Quoi qu’il en soit, Lyon devra batailler dans ce sprint final pour décrocher une troisième place, indispensable, pour pouvoir jouer la Ligue des champions la saison prochaine.

à lire également
Martin Terrier, après son but en Ligue 1 contre Strasbourg, le 24 août 2018 © Philippe Desmazes / AFP
L’attaquant de l’OL Martin Terrier, 21 ans, se raconte à Lyon Capitale. S’il joue peu, concurrence oblige, le natif d’Armentières (Nord) est conscient qu’il doit forcer sa nature, travailler sur l’aspect mental pour s’imposer au sein du onze lyonnais.
1 commentaire
  1. athales.com - 13 mai 2013

    La doublure de Vercoutre a assuré l’intérim avec panache. S’il n’a pas pu grand-chose sur le but de Ménez vu c'est parce qu'il est abandonné par sa défense il a été bon!

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut