Semaine décisive pour Laure Manaudou

A un an des JO de Pékin et après un été mouvementé, la championne d'Ambérieu retournera-t'elle s'entraîner dans sa ville ?

Lundi prochain, Laure Manaudou sera de retour de son séjour aux Maldives où elle était en compagnie de son fiancé. C'est dans la semaine que la triple championne du monde et médaillée olympique annoncera si elle va effectuer sa saison au Club Nautique d'Ambérieu-en-Bugey. A un an des Jeux Olympiques de Pékin, la décision de la plus grande championne de natation de France sera décisive. Après son exclusion le 6 août du club italien de LaPresse, la jeune femme de 20 ans se retrouve "sans lieu d'entraînement fixe". Laure Manaudou va reprendre son entraînement à Ambérieu-en-Bugey encadrée par son frère Nicolas la première quinzaine de septembre. "Bien avant son divorce avec le club italien de LaPresse, Laure devait venir à Ambérieu pour finir ses vacances chez ses parents . Il était déjà prévu qu'elle y passe son permis de conduire et qu' elle s'entraîne au Centre Nautique durant ces quinze jours", explique Jean-Marc Peyrodet, l'adjoint aux sports de la ville.
Peu avant ses congés, Jean-Luc Manaudou, avait annoncé que sa fille allait suivre son conseil d'effectuer toute sa saison pré-olympique à Ambérieu."Son père a fait en sorte qu'elle retrouve une sécurité d'entraînement et qu'elle ait un point de chute à Ambérieu. Laure sait qu'elle est ici chez elle et qu'elle sera toujours accueillie à bras ouvert", expose Jean-Marc Peyrodet. Le retour en famille représente pour lui "l'environnement psychologique et affectif le plus serein pour elle". Cet avis est partagé par son avocat, Maître Poulmaire : "ce ne peut être que positif pour elle d'être auprès des siens après la tourmente qu'elle vient de traverser".
A Ambérieu, des banderoles annoncent la fête du sport qui se tiendra le 1er septembre. On ne sait pas encore si l'enfant du pays sera présente mais la jeune femme est au cœur de toute les conversations. "On est content qu'une telle championne vienne ici, c'est la fierté du pays !", raconte Sylvie, une habitante. Mais les Ambarois souhaitent avant tout que leur championne trouve un peu de calme et puisse continuer à s'entraîner. Comme l'explique Anne-Marie, croisée au Centre nautique : "On sent que ça bouge, il y a des gens qui se montent la tête...Est ce qu'elle va rester ou pas ? Je pense surtout qu'il faut lui foutre la paix, elle a besoin d'être tranquille !"
Le Centre Nautique Laure Manaudou rutile sous le soleil d'août. Inauguré il y a à peine un an, on a l'impression qu'il attend sa championne. Sous la verrière de l'accueil , on remarque qu'il y a de plus en plus de curieux. Yoan, l'un des entraîneur note : " nous avons une augmentation des demandes de licences pour cette année ! " La maman d'un adhérent du Centre glisse : " Je suis sceptique au fait qu'elle reste...Regardez la taille de la piscine..."
C'est là que le bât blesse. La piscine ne fait que 25 mètres de long et non 50 comme celle où Manaudou devra conquérir des médailles l'an prochain (voir ci-dessous). Pour Maître Poulmaire , "le choix d'Ambérieu est une décision temporaire et ne peut être pérenne que sous conditions d'accueil sportif et extra-sportif."
Alors, s'il est impossible d'agrandir la piscine, tout le monde, de la Région au Centre nautique, se mobilise pour trouver des solutions.Thierry Philip, vice-président P.S. de la Région, espère que Laure Manaudou va suivre le conseil de son père. "Il est évident que la région est à disposition pour aider Laure Manaudou. C'est la plus grande championne rhônealpine. On est prêt à aider le club mais aussi à la soutenir pour son développement personnel".
A la mairie d'Ambérieu, on est convaincu que c'est une opportunité qui ne se présentera pas deux fois. En l'attente d'une déclaration de la principale intéressée, toute la ville nage en eaux troubles, entre impatience et rumeurs les plus folles.

D'Ambérieu à Pékin : quand une ville se plie aux besoins de sa championne.

Si Laure Manaudou décide de faire sa saison à Ambérieu-en-Bugey, des solutions ont déjà été avancées pour pallier les "points faibles" du Centre nautique. Le principal ? La taille de la piscine. Aux JO, la championne nagera dans un bassin de 50 mètres de long. Celui du Centre Nautique en fait 25. Pour Stéphane Erard, le gestionnaire du Centre, c'est un faux problème. " Ce n'est pas la longueur qui fait les résultats. Pour les entraînements en bassin de 50 mètres, la région dispose de plusieurs piscines olympiques. Celle d'Oyonnax n'est qu'à vingt minutes ! Que ce soit sur les aspects médicaux, la préparation physique ou logistique, tout est réuni à Ambérieu pour l'entraînement d'une championne." Son frère Nicolas avait déjà eu l'occasion d'entraîner Laure et il a récemment encadré le petit frère Florent, champion de France cadet 50 mètres. La salle de musculation n'est pas encore ouverte mais les travaux vont être avancés de quelques mois. "Nous ferons des choix d'investissements en fonction de ses besoins", continue Stéphane Erard. Les horaires ont été aménagés pour que Laure Manaudou dispose d'une ligne d'eau deux fois par jour dès septembre.
"Tout le monde joue le jeu et beaucoup de gens se sont manifestés pour donner un coup de main en cas de retour de Laure. Elle pourrait très bien aller d'Ambérieu à Pékin", se met à rêver Jean-Marc Peyrodet.

à lire également
Un ancien pompier nage des centaines de kilomètres pour des associations qui viennent en aide aux enfants malades. Ce jeudi 1er août, Lilian Eymeric s'est élancé pour descendre les 812 kilomètres du Rhône.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut