Tony Parker Camp : Villeurbanne fête le basket

La 3e édition du Tony Parker Camp a débuté dimanche 20 juillet à Villeurbanne. Pendant six jours, 280 basketteurs du monde entier seront réunis pour ce stage de basket autour de la star NBA Tony Parker. Le “Media Day” de ce lundi a tenu toutes ses promesses, avec la présence notamment de la ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports Najat Vallaud-Belkacem.

Showtime ! ou presque, à la Doua... C'est dans une ambiance bon enfant et au rythme du basket qu'élus, partenaires, jeunes et journalistes ont fait vivre le plus grand camp de basket d'Europe. Dans un gymnase de l'INSA plein à craquer, la ministre des Sports Najat Vallaud-Belkacem est venue visiter le dispositif mis en place par le nouveau président de l'Asvel, Tony Parker. Pas un hasard si ce camp de basket se déroule pour la troisième fois à Villeurbanne, commune hôte de l'Asvel, club le plus titré en France. Jean-Paul Bret a tenu à saluer "l'enthousiasme" que le basketteur a amené dans cette "place forte du basket". La "Green Team" peut imaginer le futur avec ambition.

La pluie n'a pas altéré la bonne humeur autour de l’attraction de la journée : Tony Parker. "TP" est aussi à l’aise sur un terrain qu’avec les supporters. Il salue, discute et conseille les jeunes de son camp. Son entrée dans le gymnase s’est effectuée au bruit des ballons des quelque 200 stagiaires, alors en plein exercice de dribbles. Avec plus ou moins de réussite pour ces basketteurs en herbe "qui rêvent un jour de devenir comme leur idole", nous confie Quentin, 13 ans.

Vallaud-Belkacem vs Parker

Tony Parker, "vraiment content d'être là", a remercié l'organisation et la ministre "qui fait beaucoup pour le sport". Celle-ci s’est prêtée au jeu en participant au "match des étoiles" entre l'équipe des partenaires et des journalistes et celle de Tony Parker et ses amis. Dès l'échauffement, notre "TP" national a glissé quelques conseils de shoot au lancer franc à la ministre, en tenue mais pas forcément très à l'aise balle en main.

Elle inscrit son premier panier sous un tonnerre d’applaudissements... À la mi-temps, le score est à l'avantage de la "TP Team". La ministre s'excuse à demi-mot : "Désolée de faire perdre l’équipe." Le champion NBA en titre, lui, harangue et chambre ses troupes sur le banc. Le show a repris avec "TP" toujours à la baguette. Il délivre quelques actions de grande classe. Deux-trois accélérations balle en main. La foule ne s'y est pas trompée, vibrant à chaque prise de balle. Son frère "TJ" Parker, un brin chambreur, s'autorise même le luxe de contrer Najat Vallaud-Belkacem, pour ensuite lancer un coéquipier au alley-oop. L'ambiance monte encore d'un cran. Le match se termine sous les yeux d'un public conquis. Le score, lui, reste anecdotique. Sur le bord du terrain, les basketteurs en herbe regardent avec admiration leur champion.

“Expérience extra”

À la fin, Tony signe quelques autographes, se prête volontiers au jeu des photos. Cela a été une vraie "fête du basket", se félicite Gaëtan Müller, ami d’enfance et président délégué de l’Asvel. Najat Vallaud-Belkacem, sourire aux lèvres, s’est dite "comblée". Et de conclure : "J'aurais voulu réaliser un projet de ce type, je n'aurais pas fait mieux. C’est une expérience extra autour d'un grand champion dont la générosité et l'engagement sont rares."

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut