UN TEXTO TRES TELEPHONE ?

Même pour une reprise de l'entraînement, le procédé inhabituel a surpris. Et tout le monde a accouru, devinant qu'il allait se passer quelque chose. On n'a pas été déçu.
Lundi 2 juillet a sans doute été l'un des entraînement les plus hallucinants de l'histoire de l'OL. Alors que les journalistes s'installaient, 4 policiers ont déboulé pour interpeller Sylvain Wiltord dans les vestiaires et l'embarquer, devant les caméras.
La concomitance du texto et de l'interpellation sont sans doute une coïncidence. Mais elle a suscité un vrai malaise auprès des journalistes présents.
Être interpellé à son travail, par quatre policiers, on pensait que c'était réservé aux grands criminels...
La police semble avoir considéré que l'amende de 1500 euros infligé au "chauffard" pour son excès de vitesse ne suffisait pas. Qu'il fallait aussi faire un exemple, au risque de lui faire perdre son job.
Et puisqu'on parle de l'employeur, on s'étonne que l'OL n'ait pas protégé un peu plus son joueur. Les policiers sont arrivés avec un dirigeant du club. Ce dernier ne pouvait-il pas prévenir Wiltord ? Ou au moins négocier une interpellation plus discrète ? Au contraire, il a demandé au champion d'Europe de sortir devant toute la presse, encadré par les policiers...
Une image à faire la "une" du 20 heures !
Dernière précision : Wiltord, qui coûte trop cher et qui ne marque pas assez de buts et fait trop parler de ses frasques est sur le départ. Mais c'est encore une coïncidence.

à lire également
Grand stade Parc OL
L'Olympique lyonnais a indiqué jeudi soir avoir débloqué 300 000 euros pour lutter contre la pandémie de coronavirus en France. Deux tiers de la somme seront notamment consacrés aux besoins d'urgence de notre territoire.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut