(Photo de JEFF PACHOUD / AFP)

Villeurbanne : l’Asvel débute sa finale de championnat ce mercredi soir contre Monaco

Déjà sacrée 20 fois championne de France, l’Asvel débute ce mercredi soir une nouvelle finale face à Monaco, avec l’espoir de décrocher un 21e sacre, le troisième de suite. 

Jusqu’où ira l’Asvel dans sa quête insatiable de titres de Champion de France ? Déjà sacrée 20 fois et double tenante du trophée, l’Asvel vise à partir de ce mercredi soir face à Monaco, un 21e sacre, le troisième de suite, pour faire entrer encore un peu plus le club Villeurbannais dans l’histoire du basket français. 

Une finale entre les deux poids lourds du championnat

Face au seul autre représentant du Championnat de France en Euroligue, les hommes de TJ Parker auront fort à faire à partir de 20h30 sur leur parquet de l’Astroballe. C'est la deuxième fois en trois éditions que l'Asvel et le club du Rocher s'affrontent en finale. En 2019, la finale avait tourné à l'avantage de Villeurbanne au bout du suspense à l'issue d'un cinquième match décisif. 

En quatre confrontations cette saison, les deux équipes sont à égalité : chacune s'est en effet imposée à l'extérieur en Euroligue et à domicile en Elite. Mais après avoir manqué de peu la qualification pour le Final Four de l'Euroligue, Monaco rêve d'inscrire enfin son nom au palmarès et sera un adversaire de taille, d’autant que lors des tours précédents l’Asvel n’a pas toujours été au meilleur de sa forme. 

La canicule s'invite dans la finale

Cette fois les Villeurbannais n’auront pratiquement pas le droit à l’erreur,  "perdre ce n'était pas grave, car il y avait d'autres matches ensuite. Là, chaque match est un match couperet", souligne auprès de l'AFP l'arrière de l'Asvel Paul Lacombe, qui disputera sa huitième finale consécutive en Elite. 

Lors de ce match et du second qui se déroulera aussi à Villeurbanne, la chaleur sera un élément à prendre en compte par les deux équipes alors que des températures caniculaires sont annoncées cette semaine sur la région lyonnaise.  "La chaleur à l'Astroballe c'est compliqué. Ce n'est pas facile et dans la salle cela peut monter très haut", a d’ailleurs prévenu TJ Parker le coach de l’Asvel.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut