L'acte de décès du projet d'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences vient d'être publié, même si sa mort avait déjà eu lieu depuis plusieurs semaines. Cette autoroute urbaine ne verra jamais le jour à Lyon, plus de 30 ans après avoir été imaginée.
Des voitures de nuit à Lyon
L'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences était le sujet central de la campagne de Gérard Collomb à Lyon. Dans un communiqué, ses soutiens annoncent que le projet n'est plus envisageable en l'état. La crise du coronavirus COVID-19 leur aura offert une porte de sortie.
Avant que le coronavirus ne monopolise toute l'attention à Lyon, la campagne pour les élections métropolitaines tournait essentiellement autour du projet d'autoroute urbaine de l'Anneau des sciences. Ce sujet qui a cristallisé les positions a été également accompagné de nombreuses "idées reçues". Revue de ces affirmations autour de l'Anneau des sciences.
Ils sont les gardiens de la qualité de l'air. Tous les jours, les équipes Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes mesurent les niveaux de pollution et livrent un précieux travail. À quelques semaines des élections, le réseau de surveillance veut aider les candidats et futurs élus en proposant des pistes de travail. Présidente d'Atmo-Auvergne-Rhône-Alpes, Marie Blanche Personnaz répond aux questions de Lyon Capitale, dans un contexte où certains candidats promettent de construire une nouvelle autoroute qui serait "écologique" ou expliquent qu'ils vont "sortir la pollution de la ville".
Le projet d'autoroute urbaine de l'Anneau des Sciences n'en finit pas de revenir dans les campagnes électorales de la métropole de Lyon. Si Gérard Collomb est l'un des derniers à soutenir le projet dans son tracé vieux de plus de 30 ans, la communication de ses équipes entretient un étrange double discours sur la question de la pollution liée à l'infrastructure.
François-Noël Buffet © Antoine Merlet
Candidat Les Républicains aux élections métropolitaines de Lyon, François-Noël Buffet se voit régulièrement reproché d’être ambigu sur la question de l’Anneau des sciences. Dans une interview donnée à Lyon Capitale, la tête de liste de la droite pose les choses à plat pour cette autoroute censée boucler le périphérique à l’ouest. Celui qui s’est toujours opposé à un tracé court évoque le risque de voir une situation proche de Notre-Dame-des-Landes arriver à Lyon, mais aussi celui d’un projet qui augmenterait la saturation à l’Est. 
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 
Le projet d'autoroute urbaine de l'anneau des sciences (ex TOP) est au cœur de la campagne électorale à Lyon. Si les questions écologiques, d'utilité ou de risques d'augmentation du trafic reviennent régulièrement, deux autres sont souvent oubliées : le financement et la présence d'un péage. Sur ce point, même les défenseurs de l'infrastructure censée boucler le périphérique pourraient déchanter.
La future autoroute urbaine de l'Anneau des sciences à Lyon, censée boucler le périphérique, ne sera pas entièrement enterrée. Une carte interactive permet  de mieux comprendre ce projet, mais aussi de visualiser les échangeurs qui seront parfois installés dans des zones boisées et vertes, voire à côté d'un écoquartier.

Posts navigation

1 2 3 4 5