Pas d'image
L’antenne régionale de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a présenté son rapport sur le “contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection” effectué en 2012 dans différentes installations des régions Rhône-Alpes et Auvergne. Le bilan est mitigé.
Fukushima © DR
On le savait, sortir du nucléaire en jouant la contrainte écologique au maximum coûterait beaucoup plus cher que le maintien du système actuel. Mais si l’on ajoute la facture d’un accident du type Fukushima ? Calcul et avis d’experts.
Marcoule nucléaire
Selon le quotidien espagnol Publico, les autorités françaises cherchent à cacher l'origine radioactive de l'accident qui a eu lieu lundi 12 septembre sur le site de Marcoule, faisant un mort et quatre blessés. Selon leurs informations, la victime a été contaminée : le cercueil, mis en terre samedi, est protégé par un blindage spécial et la famille n'a pas pu voir le cadavre.
nucléaire
L'autorité de sûreté nucléaire présentait ce mardi son rapport 2010. 202 problèmes ont été recensés dans nos quatre centrales régionales. Si Bugey et Tricastin n'inspirent pas d'inquiétude, St-Alban fait l'objet d'un contrôle attentif. Lire aussi :"Sommes-nous prêts à un nouveau Fukushima ?"
japon-tremblement-de-terr copie
INTERVIEW - Avec l'arrivée de masses d'air faiblement radioactives au dessus de nos têtes dans le Rhône et la région Rhône-Alpes depuis mercredi 23 mars, Grégoire Deyirmendjian, chef de la division de Lyon de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), chargé d'assurer, au nom de l'Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection auprès des populations locales répond à nos questions.
Vue aérienne site Tricastin
“Le gendarme du nucléaire”, vient de rendre public le bilan de la sûreté nucléaire et de la radioprotection en Rhône-Alpes. Pas folichon.
L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) fait état ce vendredi d'une chute d'un engin de deux tonnes qui a 'endommagé les équipements contenus dans le local où était entreposé le couvercle de la cuve du réacteur'.
L'Autorité de sûreté nucléaire a récemment - et en douce - retoqué les centrales nucléaires françaises pour la défaillance de leurs laboratoires de mesures de radioactivité. C'est en toute discrétion que, le 16 décembre dernier, l'Autorité de sûreté nucléaire, le gendarme français de l'atome, a refusé de renouveler l'agrément aux laboratoires de mesures des rejets radioactifs des dix-neuf centrales nucléaires du territoire (ainsi qu'à celle en démantèlement de Creys-Malville, dans l'Isère).
Le 7 juillet dernier, le Centre Hospitalier de Montélimar (Drôme) communiquait sur un incident de radiothérapie survenu entre le 10 avril et le 27 mai 2008.
La série noire continue pour la centrale nucléaire du Tricastin.

Posts navigation

1 2 3