Bulletins vote élections
Si le premier tour des élections municipales et de la métropole de Lyon s'est déroulé au début de l'épidémie de COVID-19, le deuxième tour, ce dimanche 28 juin, connaîtra un contexte sanitaire bien meilleur. 
Ce mardi une grande partie de la classe politique de Lyon a condamné les tags antisémites réalisés sur les affiches du candidat à la métropole, David Kimelfeld. De son côté, Gérard Collomb s'est fendu d'une réaction qui laisse circonspect. 
Le premier sondage de l’entre-deux tours confirme la poussée des écologistes observée au premier tour des élections métropolitaines. Leur chef de file, Bruno Bernard, arriverait en tête du second tour avec 37% d’intention de vote, devant les listes d’union de François-Noël Buffet et de Gérard Collomb (32%) et celles de David Kimelfeld qui résiste bien.
David Kimelfeld, candidat à l'élection à la métropole de Lyon, a présenté ce jeudi le volet environnemental de son programme, "pour une écologie partagée, pour tous". Il souhaite ainsi la mise en place "d'une prime tous vélos", des "halles de l’alimentation durable" favorisant les circuits courts "à des prix accessibles", mais aussi la possibilité de délibérations d'initiatives citoyennes, de référendum locaux et d'un conseil où 300 citoyens seraient tirés au sort, avec pour objectif de "mobiliser largement pour accompagner et réussir la transition environnementale".
Attaqué par l'alliance Collomb/LR sur les risques économiques que comporterait son élection, Bruno Bernard a répondu ce vendredi à ses adversaires politiques en donnant des gages au secteur du BTP et en égratignant les autres candidats. 
Un consensus est apparu entre le candidat Vert, Bruno Bernard, et celui de l'alliance Droite/Collomb, François Noël Buffet, pour tenter de faire croire que le deuxième tour des élections à la métropole de Lyon ne se jouera qu'entre eux deux. Toujours candidat, le président sortant David Kimelfeld n'a pourtant pas dit son dernier mot. Il leur propose de participer à un débat à trois sur les questions économiques et de l'emploi dans la crise engendrée par le coronavirus COVID-19.
Le candidat LREM dissident à la ville de Lyon a présenté ce mardi une série de neuf mesures pour l'après-crise du coronavirus. L’ancien maire de Lyon a aussi expliqué son positionnement politique face aux alliances entre EELV et la gauche et celle Collomb/LR.
L’élection à la métropole de Lyon se jouera bien à trois. Les alliances Collomb / la droite et celle des verts, de la gauche et de l’extrême gauche se sont pour l’instant focalisées sur la présentation des fusions. De son côté, l’actuel président de la métropole, David Kimelfeld, a dévoilé ce jeudi les adaptations de son programme pour faire face à la crise économique engendrée par le Coronavirus COVID-19. Il souhaite ainsi sortir le chéquier pour développer "les nationalisations locales", mais aussi inciter la relocalisation, le tout "dans le respect de la transition environnementale".
Gérard Claisse vient de démissionner ce vendredi de sa fonction d'adjoint à la ville de Lyon après l'accord entre Gérard Collomb et la droite locale. Élu dans la majorité du maire depuis 2001, il dresse un bilan positif de ces années, mais juge durement le choix de l'ancien ministre de s'allier aux Républicains.
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
Présent sur les listes Collomb à la ville comme à la métropole, Bernard Bochard refuse toute alliance avec la droite d'Étienne Blanc qu'il a qualifié “d'ennemi idéologique” dans une lettre adressée au maire de Lyon et à David Kimelfeld. 

Posts navigation

1 2 3 4 24 25 26