Quinze jours de débrayages quotidiens d'une heure en avril, une journée complète de perturbation mardi 30 juin, autant d'agacement pour les usagers lyonnais alors que les négociations font du surplace.Un cycle de négociation qui s'arrête, c'est un nouveau qui redémarre.
Depuis hier matin, les pompiers du Rhône avaient entamé une grève illimitée.
Pas d'image
Ce matin, près de 350 pompiers réunis en assemblée générale ont voté la grève.
En investissant 350 millions d'euros dans une usine destinée à fabriquer des vaccins contre la dengue, le géant mondial de l'industrie pharmaceutique n'a pas rassuré les syndicats du site de Neuville-sur-Saône échaudés par un récent plan social.C'est l'histoire d'un paradoxe.
L'usine d'Anoflex située à Caluire va subir en juin prochain la délocalisation d'une unité de production, 157 postes vont être supprimés sur les 500 que compte l'entreprise.
Déjà une semaine que les transports en commun lyonnais observent un débrayage quotidien de cinquante cinq minutes, le matin (entre 8h et 8h55) ou le soir (entre 16h et 16h55).
Quatre étudiants (cinq, selon certains manifestants) ont été interpellés en fin d'après-midi en marge d'une manifestation non-déclarée.Après la grande manifestation de ce matin, un groupe d'environ 150 personnes, composées essentiellement d'étudiants et lycéens, sont 'partis' en manifestation sauvage de la place des Terreaux.
Gros succès populaire pour la manifestation de ce jeudi 19 mars.
La direction de Numéricable a démenti toute menace sur les 90 emplois du site lyonnais, lors du comité d'entreprise qui s'est tenue ce matin au siège parisien.
La presse s'enflamme autour de la mobilisation contre la réforme des enseignants-chercheurs de l'université Jean Moulin, Lyon 3.

Posts navigation

1 2 3 44 45 46 47 48 49 50