Les collectifs de "Lyon en colère" se désolidarisent du rassemblement contre l'insécurité prévu ce samedi 12 septembre. Celui-ci serait à l'initiative de militants d'extrême droite qui ont délibérément entretenu la confusion en relayant l'appel de manière apolitique sur les réseaux sociaux.
Ce samedi 12 septembre, des Lyonnais organisent un rassemblement devant le palais de Justice de Lyon pour dénoncer les incivilités et nuisances sonores nocturnes dont ils sont victimes depuis plusieurs mois.
Deux membres du collectif “Presqu’île en colère” discutant avec des policiers – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
L’émergence récente de mouvements de contestation citoyens aux revendications très ciblées trouble le paysage lyonnais. Certains policiers de terrain s’inquiètent de l’absence ou du peu de réaction du personnel politique. Presqu’île en colère, La Guillotière en colère, Gerland en colère, Fulchiron sans béton, Bonnel doit respirer, La Croix-Rousse n’est pas à vendre… Depuis plusieurs semaines, […]