Si on ne meurt plus aujourd’hui de faim dans la métropole de Lyon, on peut en revanche mourir de mal manger, victime de ce que l’on appelle la "précarité alimentaire".