Contrairement à ce qui avait été fait lors des expérimentations de piétonnisation précédente, Lyon Parc Auto a renoncé à proposer des parkings temporaires sécurisés pour les vélos. La ville de Lyon aurait demandé "un tarif prohibitif" pour l'occupation de l'espace public.